in ,

Des Dames de la Meuse à Saint-Mihiel

Saint-Mihiel se situe au centre de la haute vallée de la Meuse qui entaille les Côtes de Meuse, entre la Barrois et l’Argonne à l’Ouest, et la Plaine de Woëvre à l’Est.

Donec moveantur, telle est la devise de Saint-Mihiel. Ce qui signifie « Jusqu’à ce qu’elles bougent ». La cité vivra donc tant que les Dames de la Meuse, c’est-à-dire sept roches qui bordent la rive droite au Nord de la ville, resteront en place. La légende raconte que lorsque l’ancienne petite Florence lorraine se nommait Godinecourt, sept vilaines fées décidèrent d’inonder la cité en précipitant d’énormes rochers dans le fleuve pour créer un barrage devant tout noyer. Mais Saint Michel repoussa les sorcières qui abandonnèrent alors les rochers. Afin d’honorer l’archange, la ville fut rebaptisée Saint-Mihiel ou Sint-Mié en Lorrain roman. Les roches demeurent encore aujourd’hui un site touristique très prisé. La première abritait une statue de Ligier Richier, dont plusieurs œuvres, à l’image de La Pâmoison de la Vierge ou de la célèbre Mise au tombeau, sont visibles dans les églises Saint-Michel et Saint-Etienne.

En réalité, les sept Dames de la Meuse sont des récifs coralliens qui se sont formés au cours du jurassique supérieur, époque où une mer chaude recouvrait toute la Lorraine. Leur base est faite d’une énorme couche calcaire qui leur donne une assise extrêmement solide. Le dégagement des roches par la Meuse s’est produit après la seconde glaciation quaternaire. Le processus a exigé plusieurs milliers d’années et s’est produit il y a environ 250 000 ans.

Les Dames de la Meuse ont inspiré les armoiries de la ville où sont posées trois roches d’argent sur un blason d’azur encadré de deux aigles tenant dans leurs griffes une banderole sur laquelle est inscrite la devise de Saint-Mihiel. La sixième roche était autrefois surmontée d’un étrange champignon de deux mètres de largeur connu sous le nom de Table du Diable. Elle a été malheureusement détruite au cours d’un bombardement pendant la Première Guerre mondiale.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

2 Commentaires

Répondre
  1. Il y a très, très longtemps de cela, la ville de Saint-Mihiel, à mi-chemin entre Commercy et Verdun, ne s’appelait pas encore Saint-Mihiel, mais Godonécourt.

    On raconte qu’un jour, sept méchantes fées résolurent d’engloutir cette charmante localité dans les eaux de la Meuse, en précipitant dans le fleuve sept énormes rochers blanchâtres. Elles ordonnèrent donc à tout un peuple de diables d’apporter sur les rives du fleuve les rochers et, vers la fin de l’été, alors que les habitants de Godonécourt s’endormaient paisiblement, elles se munirent de leviers pour faire basculer les rochers jusqu’au fond de la vallée.

    Leur funeste entreprise était sur le point de réussir lorsque, sortant des nuées, apparurent l’archange Saint Michel et toutes les milices célestes. De son glaive de lumière, le prince du ciel dispersa les sept méchantes fées, qui prirent peur et ne revinrent plus jamais. On raconte aussi que, depuis, la ville de Godonécourt se serait baptisée Saint-Mihiel, en l’honneur de Saint Michel et que les sept falaises qui dominent la Meuse, au Nord de la cité seraient les vestiges de ce drôle de combat. Le blason de Saint-Mihiel porte, justement, trois rochers blancs sur champ d’azur. Il est accompagné de la devise Donec Moveantur, ce qui signifie, en latin « jusqu’à ce qu’ils bougent ». Sous-entendu, la ville de Saint-Mihiel restera fidèle à l’archange, jusqu’à ce que ces rochers bougent à nouveau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les Salines de Dieuze retrouvent leur manège à sel

La Saga Amnéville – Episode IV : Les affaires