in , , , ,

Sur la Route du Verre et du Cristal en Lorraine

Sur la route des cristalleries en Lorraine (Crédits photo : Cristallerie Saint-Louis)

Terre d’exception, de luxe et d’art, la Lorraine abrite depuis des siècles les plus grandes manufactures et cristalleries de France. Tous les éléments naturels y sont réunis pour créer de véritables œuvres, symboles du savoir-faire des artisans lorrains et du raffinement de la région que l’on retrouve aux quatre coins du globe dans les palais des Tsars de Russie, de la Reine d’Angleterre ou encore de l’Empereur du Japon. De Daum à Baccarat en passant par Saint-Louis, suivez la Route du Verre et du Cristal qui relie les principales cristalleries et verreries lorraines dont la renommée mondiale n’est plus à faire.

La tradition verrière remonte au Moyen-âge en Lorraine dans les massifs boisés situés au Sud de la région. A l’époque, il s’agissait essentiellement de verriers nomades. Mais c’est au XVIIème siècle que se développa véritablement l’activité verrière en Lorraine, principalement sur les premiers contreforts des Vosges et dans le Bitcherland. Surtout après que le secret de la fabrication du cristal, soigneusement gardé par l’Angleterre depuis 1676, fut percé par certaines verreries des Vosges du Nord par l’ajout d’oxyde de plomb. C’est tout ce qui distingue le verre du cristal. Ce matériau donne en effet un éclat plus brillant. Le cristal a d’ailleurs également l’avantage d’être plus facile à travailler et à modeler par les maîtres verriers car son point de fusion est moins élevé que celui du verre. Une telle concentration de l’industrie verrière dans les Vosges du Nord s’explique tout simplement par la présence en grandes quantités de tous les ingrédients nécessaires à la fabrication du verre : d’immenses et profondes forêts pour fournir le bois en combustible dans les fours, de l’eau, de la silice avec le sable du grès rose des Vosges et du salin avec la potasse.

Longue de 225 kilomètres, la Route du Verre et du Cristal que nous vous proposons de suivre en Lorraine commence à Nancy et se termine près de Bitche. Vous y découvrirez notamment la Verrerie de Portieux, les Cristalleries de Baccarat, de Vallerysthal et de Saint-Louis, ou encore le Site verrier de Meisenthal. Un magnifique voyage en perspective riche en découvertes !

Daum
Collection Daum au Musée des Beaux-arts de Nancy (Crédits photo : François Bernardin)

Notre périple commence sur la célèbre Place à Stanislas à Nancy. C’est en effet ici que se trouvent à la fois la boutique Daum et le Musée des Beaux-arts de la cité ducale qui renferme dans son sous-sol une extraordinaire collection de vase et d’objets décoratifs Daum. 300 œuvres sont présentées au public sur les 725 pièces que compte le musée. La Cristallerie Daum fut fondée en 1878 à Nancy par Jean Daum, un notaire originaire de Bitche. Ses fils Auguste et Antonin reprirent ensuite l’affaire pour adapter les collections à l’Art Déco dans les années 1920 et habiller le verre de lumière. A 55 kilomètres au Sud de Nancy, dans les Vosges, la Verrerie de Portieux constitue une étape appréciée. La manufacture, qui employa jusqu’à un millier d’ouvriers en 1905, fut créée en 1690 par François Magnien, Maître d’hôtel du Duc de Lorraine. L’activité s’y développa après l’annexion d’une partie de la Lorraine par l’Allemagne en 1871. La verrerie fusionna d’ailleurs à cette époque avec la Cristallerie de Vallerysthal, que nous évoquerons plus tard, pour faire un pont culturel, économique et artistique entre la Lorraine coupée en deux. Portieux est de nos jours davantage spécialisé dans la gobeleterie et la fabrication d’articles de décoration. La verrerie compte de prestigieux clients comme la célèbre Brasserie Lipp et l’Hôtel Crillon à Paris. N’hésitez pas à visiter l’intéressant Musée de la Cristallerie qui expose sur 160 mètres carrés des anciennes collections, ainsi que les outils et les techniques des verriers. Avant de repartir, le magasin d’usine de Portieux permet d’acquérir et d’admirer des créations de la manufacture.

Prenons à présent la direction de Baccarat. Un nom, une marque et une maison de renommée mondiale qui évoquent dans l’imaginaire collectif le luxe et le raffinement. Beaucoup de choses sont à voire dans cette petite cité lorraine de près de 4 500 habitants, à commencer par la prestigieuse cristallerie, dont l’origine remonte à 1764. Célèbre pour ses collections et ses lustres de verre et de cristal d’une grande pureté, à tel point que Baccarat est surnommé le « cristal des rois », la manufacture fait référence dans les luminaires et la gobeleterie. Au Musée du Cristal, situé dans l’ancienne demeure des directeurs de la cristallerie, vous pourrez découvrir 700 objets en cristal qui ont marqué l’histoire de cette institution. Non loin de là, vous pouvez aussi faire un tour à la galerie du Pôle Bijou qui organise trois expositions par an. A noter qu’un nouveau Musée du Flacon s’installera prochainement dans l’écrin du château de Gondrecourt. Unique en France, il présentera l’une des plus belles collections privées de flacons de parfum, celle de George Stam. Enfin, n’oubliez pas que vous êtes à Baccarat ! Sans avoir besoin de parcourir le monde pour y retrouver des produits à New-York, en Chine ou à Dubaï, profitez-en pour faire un peu de lèche-vitrine dans la rue principale à la Boutique Baccarat pour avoir un aperçu des collections plus contemporaines et chez Vessières Cristaux, spécialiste du cristal depuis 1882, qui propose aussi bien du cristal de Baccarat que des classiques de chez Daum. Une fois ces emplettes réalisées et alors que se dessinent les premiers contreforts des Vosges lorraines au loin, quittez Baccarat pour gagner Cirey-sur-Vezouze, charmant petit bourg, où l’ancienne et réputée manufacture de glaces vit quant à elle le jour en 1801. Spécialisée dans la fabrication de verre de miroir, elle fut rachetée en 1848 par Saint-Gobain, avant de fermer définitivement ses portes en 1939. Mais depuis, une autre entreprise de fabrication de vitrages et de miroirs perpétue la tradition.

Baccarat
Pièce de verre-cristal Baccarat du service royal d’Espagne (Crédits photo : Luis Garcia)

Après des étapes en Meurthe-et-Moselle et une incursion dans les Vosges, la Route du Verre et du Cristal prend à présent la direction du Pays de Sarrebourg, en Moselle, où nous arrivons sur le site de l’ancienne verrerie de Saint-Quirin, au lieu-dit de Lettenbach. Celle-ci est l’une des plus anciennes de Lorraine puisque les historiens attestent de la présence d’un premier établissement dès le XVème siècle. Il s’agissait à l’époque d’une verrerie itinérante qui changeait d’emplacement une fois que la ressource en bois était épuisée. La verrerie de Saint-Quirin a travaillé pour les châteaux et les forteresses de Lorraine. Elle a par exemple fabriqué les vitres des fenêtres du Palais Ducal de Nancy. Mais la sinistre Guerre de Trente Ans y a fait disparaître l’activité. Elle ne reprit qu’en 1737 pendant qu’une seconde manufacture de verre se développa dans la forêt de Saint-Quirin, toujours sur le site de Lettenbach. Des ouvriers de Bohême y vinrent pour lancer la production de cristal. Leurs réalisations fut vendue jusqu’en Amérique du Nord. Cependant, l’activité commença à décliner à partir de la seconde moitié du XVIIIème siècle avec la concurrence des nouvelles cristalleries de Baccarat et de Saint-Louis. Les Manufactures de Saint-Gobin rachetèrent les établissements de Saint-Quirin en 1848 et toute activité y cessa en 1888. Aujourd’hui, l’église des Verriers de Lettenbach constitue l’unique vestige du complexe industriel. Construite en 1756 pour les besoins des ouvriers et de leurs familles, elle est couverte d’une toiture à bardeaux de mélèzes d’Autriche et d’épicéa du Jura. Son magnifique clocheton à bulbe est sans doute l’œuvre des charpentiers-couvreurs venus de Bohême avec les verriers. Notre route se poursuit maintenant du côté de l’ancienne cristallerie de Hartzviller. Créée en 1932, elle confectionnait des objets entièrement soufflés à la bouche et façonnés à la main de manière artisanale par ses soixante maîtres verriers. Elle a malheureusement fermé en 2004. Près du célèbre Plan incliné de Saint-Louis-Arzviller, la boutique de la Cristallerie Lehrer est une étape fréquentée par les touristes. Elle propose aussi bien des démonstrations de souffleurs de verre et de taille du cristal que des lampes de cristal de couleurs et de formes diverses. La cristallerie possède deux fours toujours en activité qui donnent vie à la matière en fusion sous vos yeux. Avant de laisser derrière nous le Pays de Sarrebourg, arrêtons-nous à Vallerysthal, étape incontournable de la Route du Verre et du Cristal en Lorraine. C’est ici que se trouve l’une des plus anciennes manufactures de cristal spécialisée dans la gobeleterie. Elle est renommée pour son cristal supérieur qui contient plus de 30 % de plomb, ainsi que pour ses célèbres saxophones en cristal. Le Duc Léopold de Lorraine autorisa en effet le 8 janvier 1707 la création d’une verrerie à Plaine de Walsch, petit bourg situé à quelques kilomètres de Vallerysthal. L’établissement s’établit ensuite en 1830 à Vallerysthal avant de fusionner en 1872 avec celui de Portieux, comme évoqué précédemment. Il est possible de visiter la cristallerie, où des démonstrations sont possibles, tout comme le magasin d’usine aménagé dans le bâtiment historique. A noter que les articles en cristal y sont faits mains et soufflés à la bouche.

Notre route se poursuit à présent en direction des Vosges du Nord et du Bitcherland. C’est ici que se trouve la plus forte concentration de verreries et de cristalleries. A tel point que ce bout de territoire lorrain à la forte identité est surnommé le « Pays du Verre et du Cristal ». Il constitue en quelques sorte l’apothéose et l’épilogue de la Route du Verre et du Cristal en Lorraine.

Halle Verrière de Meisenthal
La Halle Verrière de Meisenthal (Crédits photo : Cadhame)

Qui n’a jamais entendu parler des fameuses boules de Noël de Meisenthal ? Tous les ans une nouvelle jaillit du Centre International d’Art Verrier (CIAV) entre création contemporaine et respect des traditions. Haut-lieu de l’activité du verre en Lorraine, les fours de l’ancienne manufacture commencèrent à produire dès 1711. Ils devinrent même le berceau de l’Art Nouveau. Emile Gallé travailla en effet avec la verrerie de 1867 à 1894. Mais si cette dernière arrêta ses activités un siècle plus tard, à savoir le 31 décembre 1969, ses bâtiments furent réaménagés au début des années 1980 pour continuer de faire vivre la grande aventure du verre et du cristal à Meisenthal. Le site accueille désormais le CIAV, la Maison du Verre et du Cristal et la Halle Verrière, ainsi que de nombreuses évènements culturels et artistiques. A noter qu’un ambitieux projet de modernisation de plusieurs millions d’euros est en cours pour transformer les lieux et les faire entrer dans une nouvelle dimension. Si les boules de Noël font à présent la réputation et les lettres de noblesse de Meisenthal, il faut savoir que cette tradition vient en réalité d’un souffleur de verre de Gœtzenbruck qui eut en 1858 l’idée de génie de fabriquer des boules en verre pour décorer le roi de nos forêts, privé cette année-là de sa parure naturelle en raison de la sécheresse. Créée en 1721, l’ancienne verrerie de Gœtzenbruck était aussi spécialisée dans la gobeleterie, les verres de lunettes et les verres de laboratoire avant sa fermeture en 1964, mettant ainsi un terme à la production industrielle de boules de Noël argentées. Production qui a depuis été reprise de manière artisanale à Meisenthal. A quelques kilomètres de là, le village de Montbronn, entourée de profondes forêts, a compté jusqu’à quatre cristalleries qui ont fait sa renommée. Cette tradition, qui remonte également au Siècle des Lumières, est toujours vivante dans la commune.

Cristallerie Saint-Louis
Cristal de Lorraine (Crédits photo : Cristallerie Saint-Louis)

Dirigeons-nous à présent vers un autre symbole connu dans le monde entier de l’industrie du verre et du cristal en Lorraine, la prestigieuse Cristallerie Saint-Louis. C’est aussi l’une des plus anciennes de Lorraine. Une première verrerie fut fondée en 1586 à Münzthal, dans le Comté de Bitche, qui dépendait du Duché de Lorraine. En 1767, un an après l’annexion de ce dernier au Royaume de France, Louis XV autorisa la création d’une nouvelle verrerie à Saint-Louis-lès-Bitche. En 1781, la Verrerie Royale de Saint-Louis fut la première à percer le secret de la fabrication du cristal qui était jusqu’à alors détenu uniquement par l’Angleterre depuis le procédé mis au point par George Ravenscroft. Elle devînt alors Cristallerie Royale et la plus grande manufacture du genre en Europe devant celles de Saint-Quirin et de Sainte-Anne à Baccarat. Services de table, à l’image du célèbre modèle Trianon, lustres ou encore objets de décorations, les maîtres verriers et tailleurs de Saint-Louis ont de tout temps conçu de remarquables pièces de cristal en couleur gravées à la main, à l’or 24 carats ou au platine. Surplombant les fondations d’un ancien four verrier du milieu du XIXème siècle, la Grande Place, nom donné au Musée du Cristal de Saint-Louis aménagé dans la grande halle de la manufacture, permet encore aujourd’hui d’admirer près de 2 000 pièces de cristal réalisées au sein de la cristallerie au cours des quatre derniers siècles à travers un parcours initiatique de 953 mètres de long. La Cristallerie Saint-Louis fait partie du groupe Hermès depuis 1995.

Nous arrivons maintenant au bout de la Route du Verre et du Cristal en Lorraine avec une dernière étape à l’ancienne cristallerie de Lemberg, toujours dans le Bitcherland. Créée en 1925, elle fit travailler jusqu’à 200 ouvriers et vingt maîtres verriers qui produisaient un cristal d’excellente qualité. Elle compta parmi ses clients de grands magasins parisiens comme Le Bon Marché, la Samaritaine ou encore Les Galeries Lafayette. Mais la concurrence et le désintérêt des jeunes acheteurs pour ces produits d’exception eurent raison en 1973 de la Cristallerie Lorraine de Lemberg. Le CIAV et la Maison du Verre et du Cristal de Meisenthal sauvegardèrent une partie de ce savoir-faire en faisant l’acquisition de près de mille dessins, modèles et croquis.

Enfin, en marge de la Route du Verre et du Cristal en Lorraine, n’hésitez pas à faire un détour par Vannes-le-Châtel, dans le Toulois. Il faut dire que ce charmant petit village lorrain est un lieu incontournable de l’art verrier en Europe. Déjà parce qu’une verrerie vit le jour dans le bourg voisin d’Allamps en 1765, mais surtout parce qu’il abrite le Centre Européen de Recherches et de Formation aux Arts Verriers (CERFAV). Unique en Europe, cette structure propose des stages de perfectionnement et des formations diplômantes dans les arts et les techniques du verre. Des visites guidées y sont également organisées, tout comme des démonstrations de soufflage de verre. Les curieux peuvent même devenir souffleur de verre le temps d’un instant et créer leur propre boule de Noël ou leur œuf de Pâques.

(Article sponsorisé par Vessières Cristaux)

Rédigé par Rédaction BLE Lorraine

La Rédaction du Groupe BLE Lorraine, premier média et think tank indépendant de Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

6 points
Upvote Downvote

Un Commentaire

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Roussy-le-Bourg

Frontière linguistique en Lorraine

Pouilly

Rénovation de l’église de Pouilly en Moselle