in

Lancement réussi pour B’est à Farébersviller

Ouvert depuis le mercredi 11 avril 2018, le centre commercial et de loisirs B’est, situé à Farébersviller, en Moselle-Est, a réussi ses débuts. C’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’il a comptabilisé plus de 100 000 entrées au cours des premiers jours !

Il faut dire aussi que le centre était particulièrement attendu dans ce coin de Lorraine après deux ans de travaux, aussi bien de ce côté-ci de la frontière, qu’en Allemagne. Le résultat est à la hauteur des espérances placées en ce projet commercial d’envergure. Le centre est lumineux, ses allées sont larges. 2 000 places de parking sont également à la disposition des visiteurs. Le promoteur, Codic France, a particulièrement soigné les aménagements paysagers.

A Farébersviller, B’est propose 75 boutiques, dont quinze moyennes surfaces avec notamment quelques locomotives comme la FNAC, H&M, Sephora, Esprit, Go Sport, Mango, Micromania ou New Yorker, un hypermarché Auchan de 8 000 mètres carrés qui propose 3 500 produits locaux, ainsi que cinq restaurants, dont un McDonald’s. L’ensemble, qui représente une superficie de 55 000 mètres carrés qui se déploie au cœur de trente hectares de terrain, comprend aussi un pôle de loisirs baptisé B’Fun qui occupe à lui seul 35 % du site. Différentes activités ludiques et sportives y sont proposées avec entre autres un bowling, un mur d’escalade, un espace indoor de 5 500 mètres carrés, un soccer park de 3 000 mètres carrés ou encore un parc aventures d’un hectare.

B’est, dont les prémisses remontent il y a plus de vingt ans en 1997, a nécessité un investissement de 150 millions d’euros de la part de Codic France. A l’époque, vingt millions de francs avaient été sortis par la commune de Farébersviller pour acquérir les terrains de 273 propriétaires différents, réaliser les études et monter la Société d’Economie Mixte (SEM). Le projet a survécu à neuf recours jusqu’à son autorisation définitive prononcée par le Conseil d’Etat en 2013. Pour que son centre commercial devienne une réalité, le promoteur a dû trouver une réserve naturelle de deux hectares pour abriter plusieurs espèces protégées devant être délogées, comme par exemple des bruans brogers et des papillons. Il a également dû revoir sa copie pour intégrer des toits végétalisés, des noues destinées à récupérer l’eau de pluie et des panneaux photovoltaïques. De même, un verger de trois hectares a été aménagé à l’arrière des bâtiments. Douze parcelles sont en parallèle réservées à trois écoles de la commune pour initier les enfants au jardinage.

Selon ses concepteurs, B’est doit redynamiser la Moselle-Est après la fin de l’extraction charbonnière. Le centre, qui a permis de créer 750 emplois dans un bassin où le taux de chômage flirte avec les 13 %, entend attirer près de 5,5 millions de visiteurs par an. Il se situe au cœur d’une zone de chalandise de plus de 300 000 personnes en Lorraine, sans compter les 300 000 Sarrois de l’autre côté de la frontière. L’idée est justement de faire en sorte que ce soit ces derniers qui viennent désormais faire leur shopping chez nous et non plus l’inverse. B’est a en tout cas démarré avec un taux de commercialisation de 93 %. Aucun autre centre commercial ne connait un taux si élevé dans le contexte actuel. De bon augure.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lancement de la Bibliothèque Numérique de Lorraine Limédia

Liquidation judiciaire pour le Gamyo Epinal