in ,

Création du GFV Les Vignobles Mosellans

Vignes à Marieulles-Vezon, en Pays Messin (Crédits photo : AOC Moselle)

S’inspirant du Groupement Foncier Agricole (GFA) Mutuel des Côtes de Toul, les acteurs et les partenaires du vin en Moselle se sont dernièrement réunis en assemblée générale constitutive à Metz pour créer un Groupement Foncier Viticole (GFV).

Dix ans après l’obtention de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) Moselle, ce nouvel outil, baptisé GFV Les Vignobles Mosellans, entend soutenir l’installation de jeunes vignerons et faciliter l’accès aux parcelles pour planter de nouvelles vignes. Dans cette optique, le nouveau GFV dispose d’un capital de 486 200 euros et rassemble 133 actionnaires, que ce soient des particuliers comme des acteurs institutionnels à l’image du Conseil Départemental de la Moselle, de la Chambre d’Agriculture ou encore de la SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural).

Il faut dire que la demande en vins de Moselle est nettement supérieure à l’offre, ce qui laisse entrevoir un important potentiel de développement pour reconstituer le vignoble décimé il y a plusieurs décennies par les guerres et le phylloxera. D’autant plus que ces vins ont énormément gagné en qualité. Pour y parvenir, le principal obstacle reste néanmoins l’accès au foncier. De nombreuse parcelles sont en effet en friches ou subissent une forte concurrence étrangère comme dans le Pays des Trois Frontières. Ainsi, sur les 680 hectares de l’aire géographique de l’AOC Moselle qui s’étend sur 18 communes, seuls 78 sont exploités par une vingtaine de vignerons qui produisent 2 000 hectolitres, soit l’équivalent de 300 000 bouteilles.

Près de la frontière luxembourgeoise, le Département de la Moselle a par ailleurs mis en réserve à Sierck-les-Bains et à Contz-les-Bains 6,35 hectares de vignes et 34 ares de parcelles non plantées. Ces parcelles devraient prochainement être louées à quatre vignerons, dont deux sont déjà installés. Le GFV devrait de son côté permettre de lancer deux nouveaux viticulteurs.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Beauregard

De l’ancien château de Beauregard à Raon-L’Etape

bulles

Des bulles papales en Lorraine