in ,

Histoire de la Bergamote de Nancy

Bergamotes de Nancy (Crédits photo : IAA de Lorraine)

L’Indication Géographique Protégée (IGP) « Bergamote de Nancy » fête ses 25 ans en 2021. Le délicieux bonbon de la cité ducale obtînt en effet ce label de protection européenne le 21 juin 1996.

C’est pour éviter de trouver un jour des bergamotes vertes à pois rouges que quatre confiseurs lorrains se sont engagés dans une démarche qualitative et exigeante qui a permis d’obtenir l’IGP. La Bergamote de Nancy est le seul bonbon en France auréolé de ce label. Ce dernier impose le respect d’un cahier des charges rigoureux incluant divers éléments de fabrication (taille du bonbon, transparence, couleur, etc.) et de commercialisation. Ainsi, une Bergamote de Nancy IGP est obligatoirement composée d’essence de bergamote d’origine naturelle et est emballée individuellement.

Les quatre fabricants membres de l’Organisme de Défense et de Gestion de la Bergamote de Nancy IGP sont la Maison Jean Lalonde à Nancy, la Confiserie des Hautes Vosges à Plainfaing, la Maison des Sœurs Macarons à Nancy et la Confiserie Stanislas à Nancy.

bergamotier
Bergamote de Calabre (Crédits photo : Antares Scorpii)

L’histoire de la Bergamote de Nancy s’étend sur plusieurs siècles et est intimement liée à celle du bergamotier. Le bergamotier est apparu en Italie entre le XIVème et le XVème siècle. Cet agrume de la famille des rutacées affectionne particulièrement les régions chaudes. La majorité des plantations de bergamotiers est d’ailleurs située en Calabre, dans le Sud de l’Italie. C’est cette région qui produit la meilleure essence de bergamote, celle qui donne son goût incomparable à la Bergamote de Nancy. C’est en perçant la peau de la bergamote, fruit du bergamotier, que l’on extrait un jus verdâtre, l’essence de bergamote. L’essence de bergamote est aussi utilisée dans la fabrication des Madeleines de Commercy. Cette essence n’a pourtant eu longtemps aucune utilité jusqu’au jour où un colporteur italien rejoignit son neveu à Cologne. Ils mirent alors au point dans cette ville la fameuse Eau de Cologne, dont l’essence de bergamote représente un tiers de la formulation. L’ensemble des cours européennes fut rapidement parfumé par ce principe olfactif. La Lorraine n’échappera pas à cette révolution. Le chef de cuisine du Roi Stanislas, nommé Joseph Gilliers, écrit en 1751, un ouvrage remarquable de gastronomie intitulé Le Cannaméliste Français, dans lequel on y trouve une recette de pastille parfumée à l’essence de bergamote. En 1850, un confiseur allemand, Jean-Frédéric Godfroy Lillig, énonça définitivement la recette de la Bergamote de Nancy à savoir, un sucre cuit parfumé à l’essence de bergamote. Un autre évènement majeur pour la Bergamote de Nancy survînt lors de l’Exposition internationale de Nancy en 1909. Ce fut en effet à cette occasion qu’Albert Lalonde eut l’idée de réaliser des boîtes de Bergamotes de Nancy en métal sur lesquelles il fit figurer les éléments architecturaux de la Place Stanislas.

Rédigé par Rédaction BLE Lorraine

La Rédaction du Groupe BLE Lorraine, premier média et think tank indépendant de Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. Article classique comportant quelques “légendes” invérifiables actuellement.
    Quelques petites erreurs :
    – un tiers d’essence de bergamote dans l’eau de Cologne (Ouaouhhh !!!)
    – L’IGP n’empêchera pas de faire des bergamotes “vertes à pois rouges” mais les empêchera seulement (et c’est pas mal) de les appeler “bergamotes de Nancy”.

    PS : Pour tout renseignement complémentaire, me contacter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Student Factory

La dernière caserne Steinmetz reconvertie en résidence étudiante à Metz

Plaine de la Woëvre

La Plaine de la Woëvre en Lorraine