in , ,

La Lorraine unie pour toujours sur la Colline de Sion

La Basilique Notre-Dame-de-Sion couronne la colline éponyme (Crédits photo : Kévin GOEURIOT pour le Groupe BLE Lorraine)

Entre Charmes et Vézelise, au cœur du vieux pays lorrain, la Colline de Sion fait figure de montagne sacrée. Elle a la forme d’un croissant de Lune et son sommet est constellé de petites étoiles de pierres qui, dit-on, portent chance à ceux qui les ramassent.

A la pointe occidentale du croissant, c’est l’antique village de Vaudémont, berceau de la famille ducale et dont la forteresse dresse encore, dans le ciel de la province, les ruines imposantes de la Tour Brunehaut.

A l’autre pointe du croissant de Lune, c’est Sion, avec son sanctuaire marial. Blanche basilique dont la Vierge est censée, depuis des siècles, veiller sur la Lorraine et sur ses habitants. Et où s’affiche aussi, discret mais émouvant, le fameux monument des trois « po tojo ».

monument po tojo
Monument des trois « po tojo » en la Basilique Notre-Dame-de-Sion (Crédits photo : Kévin GOEURIOT pour le Groupe BLE Lorraine)

En 1873 en effet, au lendemain de l’Annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, des fidèles sont allés apposer une plaque figurant une Croix de Lorraine brisée, entourée de la devise « Ce n’ame po tojo », devise qui en patois lorrain, signifie « Ce n’est pas pour toujours ». Pas pour toujours, sous-entendu, que la Lorraine serait coupée en deux par cette inique annexion.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, alors que la France venait de retrouver les provinces perdues, on a recollé les morceaux de la Croix de Lorraine en inscrivant cette nouvelle devise « Ce n’ato me po tojo », « Ce n’était pas pour toujours ».

Après la Seconde Guerre mondiale, et son champ d’horreurs et d’erreurs, on a apposé une nouvelle phrase, toute simple et pleine d’espérance « Estour inc po tojo ». « Maintenant, unis pour toujours ! »

Rédigé par Kévin GOEURIOT

Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. C’est un croissant de Lune semé d’étoiles dorées
    Et qu’un ciel désert a jeté dans une plaine
    Qui passe pour être le cœur de la vieille Lorraine
    C’est une colline bleue que l’on dit inspirée

    A l’une de ses pointes la blanche église de Sion
    Veille avec piété sur toute la Lorraine
    Estour et po tojo la vierge souveraine
    Amuse l’enfant Jésus d’un petit alérion

    Tandis qu’à l’autre pointe du mystique croissant
    Se dressent un vieux donjon et l’antique Vaudémont
    Aux ruelles médiévales aux maisons hors du temps
    Et puis il y a ce curieux monument
    Qui célèbre un roman aux allures de sermon
    Que je lis chaque année poétiques sentiments

    Kévin GOEURIOT, Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Equinéo

Equinéo se lance dans le grand bain en Lorraine

chateau des ducs de Lorraine

Un livre sur les hauts-lieux de l’histoire lorraine