in ,

Le diable et le savetier

C’était une fois un savetier qui avait plein d’ouvriers et pas d’ouvrage à leur donner. Un jour entre les autres, il était désolé. Il dit à sa femme : « Tiens, si j’avais seulement de l’ouvrage pour donner à mes ouvriers, que ça vienne d’où cela voudra, quand cela viendrait du diable, ça ne me ferait rien. »

Ils étaient dans la cuisine. Et puis, quand il entra au poêle (belle chambre de devant), il vit un grand homme noir dans un coin qui se présenta à lui : « Eh ! Qui est cet homme ? », dit le savetier. « Ah bien ! », dit l’homme, « c’est celui que tu réclamais tout à l’heure, le voici le diable. Eh bien, tout à l’heure, tu te lamentais que tu n’avais point d’ouvrage à donner à tes ouvriers. Si tu veux, je t’en donnerai tant que tu voudras, qu’ils ne resteront jamais à ne rien faire, seulement à condition que dans un tel moment quand je t’appellerai, il faudra que tu viennes et que tu me donnes ton âme. »

Le savetier a consenti à la question qu’il lui disait, et le lendemain, voilà de l’ouvrage qui est arrivé en abondance. Les clients arrivaient en foule qui apportaient des souliers pour refaire, et pour prendre mesure. Ça a duré quelques années comme ça et puis maintenant, le savetier était riche.

Mais aussi le diable a fait arriver le moment où le savetier devait s’en aller. Voilà le savetier mal à l’aise. Quand sa femme le vit, elle dit : « Vous êtes chagriné ! » « Eh oui ! Parce que voici le moment qui est arrivé où il faut que je m’en aille », dit-il. « Et où ? », questionna-t-elle. « Au diable ! », répondit-il.

Et puis, il raconta à sa femme ce qu’il avait promis au diable. « Oh bien ! C’est bon », dit la femme, « n’est-ce que cela ? Je saurai bien vous ravoir et le diable ne vous aura pas. »

Elle lui dit de prendre de l’eau bénite. Le savetier l’écouta. Il fut sauvé. Mais il n’a plus eu d’ouvrage encore une fois. La femme ne fut pas en peine et il trouva bien à donner de l’ouvrage aux ouvriers pour le reste de leur vie. D’abord, vider la rivière dans le puits, et puis, laver une peau noire de brebis jusqu’à qu’elle soit blanche, enfin, apprendre le catéchisme à un enfant de trois ans.

***

Lo diâle et lo sèv’té

Ç’otôr ène fwos în sèv’té qu’ovôr tot-piein d’ovrés et point d’ovrêge è li beillé. In jo intèr’ les âtes, ‘l otôr dèsolè. I dit è sè fômme : « Tiès, sé j’ovôr sél’mont d’l’ovrêge pou beillé è mes ovrés, qué cè dév’néhhe dé-d’woce qué cè vouré, quand’ cè vanrât co di diâle, cè n’mé f’rât rien. »

‘L otênent dons lè couhîne. Et pis quand’l é ontrè on pôle, ‘l è vi în grand nâr (h)ômme dons în cougnot qué s’é présentè è li : « Eh ! Qu’âst-ce qué ç’ost d’l’(h)ômme ? », qué dit lo sèv’té. « Â bin ! qué dit l’(h)ômme, ç’ost lo céte qué t’réclâmôr tot è l’(h)oûre, lo voce lo diâle. Eh bin, tot è l’(h)oûre, té t’lamentôr qué t’n’ovôr point d’ovrêge è beillé è tes ovrés. Sé t’viés, j’t’in beillerai tant qué t’vourés, qu’is n’démour’ront jèmâs è rien faire, sél’mont qu’è condition qué dons în tél moment quand’ j’té hèch’rai qué fèrè qué t’vénéhhes et qué té m’beilléhhes t’n âme. »

Lo sèv’té è consenti è lè question qu’i li d’hôr, et lo londémain, vol d’l’ovrêge qu’é errivè en abondance. Les clients errivênent è foule qu’oppoutênent des solés pou r’faire, et co pou penre mésîre. Cè é dîrié quéques ânnêyes ainlè et pis è ç’t (h)oûre, lo sèv’té otôr réche.

Mâs âssi lo diâle è fait errivè lo moment qué lo sèv’té d’vôr s’in ollè. Vol lo sèv’té malâhhe. Quand’ sè fômme l’é vi, elle é dit : « Vos otes chègrinè ! » « Eh wèy ! Pace qué voce lo moment qu’ost errivè qué fât qué j’m’in olléhhe », dit lo sèv’té. « Et d’woce ? », dit sè fômme. « Â diâle ! », dit-il.

Et pis ‘l é rècontè è sè fômme ç’qué’l ovôr promis â diâle. « Ô bin ! Ç’ost bon », qué dit lè fômme, « n’ost-ce qué ç’lè ? Jé sêrai bin vos rowôr et lo diâle èn’vos èré mé. »

Elle li é dit dé penre d’l’âwe bénite. Lo sèv’té l’é ocoutè. ‘L é èti sâvè. Mais i n’é pis èvi d’ovrêge co ène fwos. Lè fômme n’é-m’èti in pwone et ‘l é bin trovè è beillé d’l’ovrêge ês ovrés pou lo rèhhe dé zite vie. D’abôrd, vêdié lè r’vêre dons lo péts, et pis, lévè ène nâre piè d’borbite j’qu’è qu’elle s’rât bianche, enfin, eppenre lo câtéchiéme è în ofant d’trâh ans.

Textes en patois recueillis en Lorraine, Thiriot et Zéliqzon, 1912, pages 21-23.

Traduction du Vosgien d’Hattigny, près de Saint-Quirin dans le Pays de Sarrebourg.

Rédigé par André TOUCHET

Amoureux des langues régionales et de la Lorraine pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

1 point
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

euros

Maintien du salaire de Droit Local face au Covid-19 en Moselle

Maison Leo

Sauvegarde de la Maison Leo au Val-de-Guéblange