in ,

Lo Diape / Le Diable

On dit que n’y è poi d’Diape. Mi, je se sûr qué n’y in é inque.

N’y ovouait longtemps que j’voyé qu’mo pére vodié sus note haut èvo enne hêche, et je n’sovoué mi pouqué. Enne jonée, l’ollè èvo mè mére èco mes autes frères piantè des k’modétierres. Dant qué d’parti, i cloueu tortos nos euhhes écu nos fenètes, et pus i me deheu : « Sans-peur, té vè d’mourè toci èvo té soeur Barbe; lée demoureré sus note euhhe, et ti té vodrè tot èlento de chéz nôs, et si t’lo rinconteure, t’é sauze ans, té t’eppelle Sans-peur, t’li foutrè enne boinne loche. » « Mâs père, qué j’li deheu, qui ost-ce què ç’ost ? » « Ç’ost bon, t’lo vâré bié ».

Mo foi, lo vole parti. Je d’moureusses nos douss’ mè soeur qué tè in pô pus vie qué mi. Lée brodè sus note euhhe, et mi jé monteu lè garde.

Tot d’in côp, j’oyeu in brut, in brut, pien lè mauhon. Ç’tè mo guèillard qu’errivè. Je deheu è note Barbe : « Démoure tolè et enn’ bouge mi, te-mme diéré si n’y é pessè di monde ». J’ontreu tut bâll’môt è note grinche et je monteu lè hhâule. J’ovoué tojo mè hêche è lè main et quand j’fus quausu haut j’lo voyeu qué venè drat è mi en fayant enne si peute grimèce que jémâs j’enne n’à poi vu dé parée. L’ovouè des grands dots, des grands couonnes, et pus i tè tot nâr. I venè pou emme foute bèhhe dé lè hhâule, mâs jé déhhondeu. Jé rècrieu mè sueur : « Barbe ! vénans vâ lo peut homme, do !». Lée veneu é lè grinche. I té sus lo devant di haut. Dós qu’elle lo voyeu, elle sé motteu au brâre : « Mo Dieu, moman! Jésus, Maria ! », et pus elle sé coicheu lè tête dos so d’vinté.

Tot d’in côp, vole tortos les pianches dé note haut qué s’errècheusse en fayant in si grand brut qué jé doteu quausu. N’y in ovouè qu’enne pâre on dessus dé note couhine qué té enlevée, jé motteu enne hhèyeure on d’zos, jé monteu d’sus pou vâ. Quand j’ô lo nèz tot préche di pianché, lu té èjeû que r’vâtè bèhhe, nos nèz ès’ toucheusse. Jé prends mè hêche, j’li in fous in côp dos lè figure, j’li casseu tras dots, et pus i fouteu lo camp, et jé ne l’ons jèmâs pus ervu, mâs si j’lo r’voyè jèmâs, j’lo rekénohherée bié è cause des trac dots qué li manquont.

***

Le Diable

On dit qu’il n’y a point de Diable. Moi, je suis sûr qu’il y en a un.

Cela faisait longtemps que je voyais mon père gardait notre grenier avec une hache, et je ne savais pas pourquoi. Un jour, il alla avec ma mère et mes autres frères planter des pommes de terre. Avant de partir, il ferma nos portes et nos fenêtres, et puis il me dit : « Sans-peur, tu vas demeurer ici avec ta sœur Barbe. Elle demeurera sur notre porte, et toi tu garderas tout alentour de chez nous, et si tu le rencontres, tu as seize ans, tu t’appelles Sans-peur, tu lui fous un bon coup ». « Mais père », que je lui dis, « qui est-ce que c’est ? » « C’est bon, tu le verras bien », répondit-il.

Ma foi le voilà parti. Nous demeurâmes nous deux, moi et ma sœur, qui était un peu plus vieille que moi. Elle brodait sur notre porte, et moi je montai la garde.

Tout d’un coup, j’entendis un bruit, un bruit plein la maison. C’était mon gaillard qui arrivait. Je dis à notre Barbe : « Demeure là et ne bouge pas, tu me diras s’il y a passé du monde ». J’entrai tout doucement dans notre grange et je montai l’échelle. J’avais toujours ma hache à la main, et quand je fus quasi en haut, je le vis qui venait droit à moi en faisant une si laide grimace que jamais je n’en avais vu de pareille. Il avait de grandes dents, de grandes cornes, et puis il était tout noir. Il venait pour me foutre en bas de l’échelle, mais je descendis. Je criai à ma sœur : « Barbe ! venez voir le vilain homme, donc ! ». Elle vînt à la grange. Il était sur le devant du grenier. Dès qu’elle le vit, elle se mit à pleurer : « Mon Dieu, maman ! Jésus, Maria ! » et puis elle se cacha la tête dans son tablier.

Tout d’un coup, voilà toutes les planches du grenier qui s’arrachèrent en faisant un si grand bruit que j’eus quasi peur. Il n’y en avait qu’une paire au-dessus de notre cuisine qui était enlevée, je mis une chaise en dessous, je montai dessus pour voir. Quand j’eus le nez tout près du plancher, lui était couché qui regardait en bas, nos nez se touchèrent. Je pris alors ma hache, je lui donnai un coup dans la figure. Je lui cassai trois dents et puis il a foutu le camp, et nous ne l’avons jamais plus revu. Mais si je le revoyais un jour, je le reconnaîtrais bien à cause des trois dents qui lui manquent.

Traduction du Vosgien de Sainte-Barbe près de Rambervillers.

Rédigé par André TOUCHET

Amoureux des langues régionales et de la Lorraine pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

1 point
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lixheim

Un itinéraire pour valoriser le patrimoine de Lixheim

fier meusien

Fier d’être meusien pour sauver le patrimoine