970×90

Investissement du groupe Lorca à Lemud

Investissement du groupe Lorca à Lemud

La coopérative agricole Lorca a dernièrement décidé d’investir 5,5 millions d’euros pour doubler sa capacité de stockage à Lemud, près de Metz. Une extension de 3 000 mètres carrés sera ainsi réalisée d’ici fin 2020. Celle-ci viendra compléter et moderniser l’entrepôt central du groupe qui se déploie déjà sur 6 000 mètres carrés à l’arrière des silos, dont l’ombre écrase la campagne messine du côté de Rémilly. Construit en 1984, le bâtiment était initialement destiné à approvisionner les quatorze jardineries appartenant à Lorca. Mais aujourd’hui il n’est plus adapté au réseau du groupe constitué de 34 magasins et de 86 franchises Magasin Vert et Point Vert, ainsi qu’à la croissance de la coopérative agricole lorraine qui diversifie ses activités et attend une progression de son chiffre d’affaire d’environ 30 % au cours des cinq prochaines années. C’est la raison pour laquelle Lorca a besoin de faire évoluer son outil logistique. En plus de l’extension de sa capacité de stockage, la coopérative entend automatiser son processus de préparation des commandes. La réorganisation du site permettra également de libérer de la place pour le chargement et le déchargement des camions. Les déchets seront de même désormais traités avant la livraison des produits agricoles et de jardinage en magasin.

A noter enfin que cet investissement permettra la création de dix emplois. 45 personnes travaillent actuellement au siège social et d’activités de Lemud.

Articles connexes

1 Commentaire

  1. Groupe BLE Lorraine

    Le groupe Soufflet va investir neuf millions d’euros pour augmenter la capacité de stockage de ses silos au Port céréalier de Metz. Cette dernière devrait ainsi passer de 104 000 tonnes à 144 000 tonnes en 2020. Présent depuis 1988 sur le premier port fluvial céréalier de France, le géant agroalimentaire, qui a dernièrement vu sa convention d’occupation renouvelée pour une durée de 25 ans, y réceptionne 500 000 tonnes de marchandises chaque année pour les exporter vers l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas. Ses nouvelles capacités de stockage doivent également lui permettre de constituer un stock tampon face au phénomène des basses eaux qui entrave de plus en plus régulièrement la navigation et l’expédition depuis le Port de Metz.

    Reply

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !
Annonce pop-up