in ,

Reconstitution d’un village lorrain de 1900 dans une grange à Eincheville

Un café de village lorrain a été reconstitué dans une grange d'Eincheville, près de Morhange (Crédits photo : Germain Hardy)

Cela fait maintenant huit ans que Germain Hardy reconstitue un village lorrain de 1900 dans sa grange située à Eincheville, près de Morhange, en Moselle. Ce véritable écomusée de la vie rurale d’antan contient des milliers d’objets, fruits d’années de recherches, de chines, de restaurations et d’acquisitions.

Tout ce qui faisait la vie d’un village d’autrefois a été recréé à l’identique et à taille humaine. A peine franchi le pas de la porte de la grange, le visiteur est plongé dans l’atmosphère qui régnait au début du XXème siècle dans nos campagnes. Le retraité, qui se veut conservateur de patrimoine, a ainsi aménagé une boulangerie avec son fournil, ses pétrins, ses batteurs et même le lit qui était installé dans le fournil où le boulanger s’allongeait entre deux levées de pâte. Sont aussi présentés un bistrot, une laiterie-crémerie, une école et un magasin de jouets avec des chevaux en bois et des petits baigneurs.

Un piano mécanique qui fonctionne comme un orgue de barbarie lorsqu’on actionne ses pédales a même été mis au fond du café du village pour se remettre dans l’ambiance de l’époque. En plus des tables et des chaises, Germain Hardy a aussi réussi à dénicher un tabétin, nom donné en Lorrain roman au lit en bois sur lequel les clients qui avaient un peu trop bu devaient s’allonger pour dessaouler avant de rentrer chez eux. Une salle de classe de 1900 a par ailleurs été reconstituée à l’étage de la grange à travers une mise en scène très réaliste. On y retrouve par exemple des bancs d’écoliers de deux à quatre places, le fameux tableau noir, une collection de plumes et d’encriers, des livres d’apprentissage et même des mannequins d’un maître de classe et d’écoliers qui portent des blouses.

Dans l’espace qui lui reste à disposition dans sa grange, Germain Hardy entend enfin aménager de petits boxes pour exposer les outils qui étaient autrefois utilisés par les paysans, les sabotiers ou encore les bourreliers.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

René II de Lorraine

Du blason de René II de Lorraine

Beauregard

De l’ancien château de Beauregard à Raon-L’Etape