in ,

Aux origines du département de la Moselle

Atlas de Trudaine réalisé entre 1745 et 1780 pour la Généralité de Metz

Nous vous proposons de découvrir, à travers une série originale d’articles bilingues français-Lothringer Platt rédigés par Gérard BOTZ, passionné d’histoire et de langues régionales, les origines de la création et les évolutions successives du département de la Moselle, de la fin du XVIIIème siècle à 1870.

Lorsqu’en 1789 furent convoqués les Etats Généraux, les territoires de l’actuelle Moselle étaient français depuis moins d’un siècle et demi. Durant quatre-vingts ans va alors progressivement se mettre en place une première mouture du département de la Moselle. Celui-ci disparaîtra avec la chute de Napoléon III, il y a tout juste 150 ans.

Ces territoires étaient devenus un enjeu dès la fin de la Guerre de Cent Ans, la dynastie angevine avec le Roi René, beau-frère de Charles VII, était destinée à opérer le rapprochement avec la France. Avec la Bataille de Bulgnéville qui se déroulait presque au même moment que la mort de Jeanne d’Arc sur le bûcher, le rêve de René se transforma en captivité, et les cousins bourguignons possesseurs des Flandres continuaient de lorgner sur la Lorraine. La mort de Charles le Téméraire semblait enterrer le rêve bourguignon, mais le mariage de son héritière avec l’Empereur Maximilien ne fit que transférer le problème bourguignon à de plus puissants monarques. Dès lors, la question lorraine devint un point de discorde permanent entre la France et le Saint-Empire.

Comme pour l’arrivée de René d’Anjou, le crochet par Metz devint un lieu de passage intéressant pour la conquête de l’espace lorrain. Entrés dans l’orbite française depuis 1552, les terres évêchoises qui constituaient le temporel des Trois-Evêchés (Metz, Toul et Verdun) étaient devenues françaises en 1648 lors des Traités de Westphalie. En 1648, par ces mêmes traités, Louis XIV s’était également fait attribuer une route pour relier ses nouveaux territoires alsaciens à la France. Depuis 1766 et la mort du Roi Stanislas, Duc de Lorraine, dont Louis XV était le gendre et l’héritier, le reste de la Lorraine avait rejoint le Royaume de France.

Depuis plus récemment encore certains territoires furent acquis à l’occasion des traités d’échange conclus par Louis XV et Louis XVI. Des enclaves, des exclaves et des contours formés d’excroissances en tous sens complétaient le puzzle. C’est cet assemblage hétéroclite qui allait être réorganisé administrativement par les instances issues de la Révolution. En fonction de quels critères s’est alors constitué le premier département de la Moselle ?

Depuis le Traité de Vienne en 1738, il était acquis, naturellement sans consultation populaire, que les terres lorraines, dont une moitié constituait ce qu’on appelait la Lorraine allemande en raison de la langue de ses habitants, seraient françaises à la mort de Stanislas. Antoine-Martin Chaumont De La Galaizière et son fils Antoine (intendant) ont mené avec zèle une politique destinée à intégrer les territoires lorrains dans l’espace français.

Ils se sont fait détester en Lorraine en raison de leur dureté, de l’établissement de corvées, de la condamnation aux galères, etc. Antoine-Martin, le père, a aussi signé ce que d’aucuns ont appelé l’arrêt de mort du Bailliage d’Allemagne en faisant parapher au Roy Stanislas un édit dans la droite ligne de l’ordonnance de Villers Cotterêts signée en 1539 par François Ier : il interdit l’usage de la langue allemande dans tous les actes officiels en se basant sur une vision délibérément falsifiée de la situation, assimilant les habitants à des traitres qui « par leurs fréquentes alliances avec leurs Voisins ont presque totalement abandonné l’usage de la Langue Française qui est cependant la Langue naturelle des sujets de notredit duché » (Edit du 27 septembre 1748).

***

Ìnnfìhrùng ìnn die Série Moseldépartement

Als ìmm Jòhr 1789 die “Etats Généraux” zesòmmegerùf wòr sìnn, ware die Térritorie vòmm aktuelle Moseldépartement frònzésch seit wénijer als 150 Jòhr. Ìmm Krès vònn frònzéschem Innflùss seit 1552, sìnn die Térritorie vònn de Bischtùmme Metz-Toul-Verdun offizièll ònn Frònkreich kùmm dùrch die Westphalische Vertraache. Ìmm sèlwe Jòhr 1648 hatt de Kénich Ludwig de vìerzéhnte sich e Stròßewèch zwìsche sinn neije Térritorie ìmm Elsass ùnn Frònkreich ònnérkènne gelòsst. Seit 1766 ùnn em Dod vòmm Kénich Stanislas, Hèrzoch vònn Lothrìnge, Èrweschwérvatter vònn Ludwig em fìnfzéhnte, ìsch de Rèscht vònn Lothrìnge frònzésch wòr. Ònnere Térritorie sìnn dònn nòch dezù kùmm dùrch die Tuschvertraache wo Ludwig de fìnzéhnte ùnn Ludwig de sèchzéhnte ùnnerschrieb hònn. Enklave ùnn Éxklave, krùmme Grènzlinìe in all Richtùnge hònn nòch das Puzzle ergänzt. Genau dìe verchiedenfalltije Zesòmmestéllùng ìsch vònn de Révolution administrativ organisiert wòr.

Ùnner wéll Bedìngùnge ìsch eijentlìch de érschte Moseldépartement èrstònn?

Seit em Wienervertraach in 1738 ìsch klòr gewèn, dass die lothringische Térritorie, natìrlich òhne Konsultation vònn de Ìnnwohner, nòh’m Dod vònn Stanislas, ònn Frònkreich géhn sollte. Die Hèlft devònn ware ùnnerm Nòhme “Lorraine allemande” bekònnt (das hatt nìchs mìtt Deitschlònd ze dùn awwer mìtt de deitschspròchichkètt vònn de Bevélkerùng). Antoine-Martin Chaumont De La Galaizière ùnn sinn Sohn Antoine Chaumont De La Galaizière hònn gònz eiferich e politisches Ziel dùrchgefìhrt: die lothrìngische Térritorie ìnn Frònkreich ìnnzegliedere. Die zwei ware ìnn Lothrìnge gehasst, wéje de Schìnnereie wo se ìnngefìhrt hònn ùnn de harte Stròfe (Galèère) wo se benùtzt hònn. De Vatter Antoine-Martin hatt em Kénich Stanislas e Beschlùss ùnnerzeichne gelòss genau ùff desèlb Linie wie de Beschlùss von Villers-Cotterêts, wodùrch ìmm Jòhr 1539 de Kénich François de érschte die frònzésche Spròòch als énzije Spròòch vònn Frònkreich ònnerkènnt hatt. Stanislas verbiet die deitsch Spròòch ìnn all offizièlle Akte ìnn Lothrìnge. Er stìtzt sich ùff verfällschte Vòrstellùnge wo deitschspròòchije Liet als Feinde bezeichne: se hätte ihre natìrliche frònzésche Spròòch verlòsst : “par leurs fréquentes alliances avec leurs Voisins ont presque totalement abandonné l’usage de la Langue Française qui est cependant la Langue naturelle des sujets de notredit duché” (Beschlùss vòmm 27. Séptèmber 1748).

So stéht die Situation òmm Ònnfòng vònn de frònzésch Révolution. Die lothrìngische Territorie ware nòch ìmmer ùnner zwei verchiedene Verwaltùnge: die èèn fers frìhere Herzochtùmm, ùnn die ònner fer das frìhere Metzer Bischtùmm. Awwer vònn Paris ab war das alles nùr e èènspròchisches ùnn èènformisches Lònd. Die frònzésch Spròòch war als die natìrliche Mùtterspròòch betracht, wo nùr Feinde ìnn Gefahr stélle konnte. Die “cahiers de doléances” (Beschwérhefte) brìnge komìscherweise nìchs neijes zù, wo die verfällscht Mèènùng ussradiere kìnnt. Vònn de Spròòchsituation ìsch kumm èbbes geschrieb wòr. Awwer bestìmmt hatt die Spròòch e klòre Rolle gespielt wie die neije Départements gegrìnd wòr sìnn: nìtt ìnn de Richtùng von emme Brùch mìtt de alt Wèlt, awwer vill méhr als Kontinuität mìtt de zèntralisierte Monarchie.

Wie ìsch das méchlich gewèn, dass die “cahiers de doléances ” so néwem Spròòchproblem verbei gòng sìnn? Die Hèfte sìnn ùff frònzésch geschrieb wòr dùrch Pèrsone, wo die Spròòch behèrrcht hònn. Das ware bestìmmt nìtt die, wo òmm mèngschte die Situation gestért hatt. Ìmm Forbacher Hèft kònn mer awwer doch lèse: “il est de Nottoriété publique que tous les sujets sont allemands (note: utilisé ici au sens de la langue et pas de la nationalité), il conviendrait que le Juge ou la partie publique sachent cette langue pour entendre les plaintes des sujets” (also ìsch witt bekònnt, dass die Liet deitschspròòchich sìnn, was genau de Tèxt vònn 1748 verfällscht hatt). Inn dèèm Kontèxt wérd jétzt e neijie territoriale Organisation vònn de Abgeordnete der frònzésch Revolution ùffgebaut. Wie de Jòhre denòh, de Département de la Moselle erstònn ìsch, wèrre mer ìnn de nächschte Étappe siehn. Dòmìtt wèrre mer ah verstéhn, dass die Grènze vònn de nei Inndèlung méhr mìtt Idéologie wie mìtt de Réalität, ze dùn hatt.

Rédigé par Gérard BOTZ

Professeur agrégé de mathématiques, conférencier, passionné d’histoire et de langues régionales pour le Groupe BLE Lorraine

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. FELICITATIONS POUR CETTE PUBLICATION TRES INTERESSANTE. MA FAMILLE ETANT ORIGINAIRE DE MOSELLE VOTRE RECHERCHE M’A PARTICULIEREMENT INTERESSEE. EN FAISANT DE LA GENEALOGIE NOS PREMIERS ANCETRES QUE NOUS AVONS RETROUVES S’Y SERAIENT INSTALLES EN 1710. NOTRE FAMILLE EST APPARENTEE AVEC M. ALBERT CAMUS. ENCORE MERCI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bataille de Verdun

Histoire du Lorrain Louis Ladurelle

Jouy-aux-Arches

La légende du centurion romain et des arches de Jouy