in , ,

Le retour du melon de Lunéville

Des melons de Lunéville (Crédits photo : Société d'Horticulture de Lunéville)

Créé au milieu du XVIIIème siècle grâce à la gourmandise légendaire du Roi Stanislas, le melon de Lunéville revît et est de nouveau cultivé grâce à la persévérance et au formidable travail de la Société d’Horticulture de Lunéville.

Si la production de melons de Lunéville n’excède pas quelques tonnes chaque année, elle se veut qualitative et gustative. Il n’y a de volonté commerciale. L’idée est en effet de préserver l’aspect particulier et les saveurs d’origine de ce fruit lorrain pas comme les autres qui peut parfois atteindre les 2,5 kilogrammes. Il faut dire aussi que le melon de Lunéville est assez capricieux. Il doit ainsi être planté à l’abri du vent, de préférence près d’un mur qui fait rayonner la chaleur. Il n’aime guère le froid. Pour s’en protéger, il peut être amené à placer plutôt son sucre dans sa tige pour que celui-ci agisse comme une sorte d’antigel. C’est la raison pour laquelle il est intéressant de le couvrir. Il ne faut pas non plus trop l’arroser, sinon il ne fera pas de sucre. Enfin, il convient de le cueillir déjà mûr car il ne mûrira plus une fois récolté !

Les graines sont sélectionnées avec beaucoup de rigueur par les bénévoles de la Société d’Horticulture de Lunéville, afin de préserver les caractéristiques de ce melon qui se distingue par sa robe où domine le noir sur le vert. Le fruit présente par ailleurs une peau très fine et délicate, tout comme sa chair orangée. C’est pourquoi on peut facilement le déguster à la cuillère, voire même en faire du sirop et de la confiture. Il est très parfumé, comme l’avait exigé Stanislas à ses jardiniers. Le melon de Lunéville est en réalité le fruit du croisement de deux autres espèces, à savoir le Noir des Carmes et le Prescott. Il tire d’ailleurs de ce dernier toute sa saveur et son goût sucré.

Durant le Siècle des Lumières, la culture du melon de Lunéville était favorisée par le fumier de cheval, présent en grande quantité dans la cité cavalière. Dans le potager du château, il était protégé par des châssis recouverts de verrières. Les jardiniers lorrains devaient les ouvrir tôt le matin pour éviter que le Soleil ne brûle les plants, puis les refermer à temps pour ne pas que le froid ne les abîme. Très exigeant, comme nous l’avons évoqué précédemment, le melon de Lunéville a besoin d’une température constante pour se développer. Il représente un produit d’exception aussi bien pour son goût et sa rareté que pour son histoire et sa couleur.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

5 points
Upvote Downvote

Un Commentaire

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hautes-Mynes du Thillot

Histoire des mines du Thillot dans les Vosges

chien

Poème du confiné en Platt