in ,

Anges et démons à la cathédrale de Metz

La cathédrale ce soir est un champ de bataille

Où d’obscurs démons livrent une lutte sans pitié

Contre des anges de pierre drapés de cottes de maille

Et armés d’épées de lances et de boucliers.

~

Tours, murailles et contreforts grouillent

Déjà d’une foule de chimères grimaçantes

Qui rampent vers les cieux et se joignent aux gargouilles

Pour attaquer les anges en hordes terrifiantes.

~

Mais soudain des nuages à l’horizon doré

Avancent dans la gloire des célestes cohortes.

L’archange Saint Michel brandit sa bonne épée

Et frappe les démons qui cognaient à la porte.

~

Le combat est terrible, la lutte est sans merci.

Les anges et les démons se battent avec fureur.

Un Saint Georges transperce un dragon indécis

Quand les vitraux s’enfoncent dans une sombre noirceur.

~

Et voilà qu’au milieu de ce vacarme sonne

Dans sa robe d’airain la cloche de la Mutte.

Elle sonne à la volée dans le ciel d’automne

Pour appeler au combat et poursuivre la lutte.

~

La nuit arrive et le Soleil disparaît

Derrière le Saint-Quentin et les Côtes de Moselle.

Saint Clément a dompté le dragon redouté

Quand sonne maintenant mademoiselle de Turmel.

~

Les anges s’évanouissent dans l’ombre de la nuit.

Chacun redouble d’efforts à en perdre raison.

L’apôtre des messins a lâché son Graoully

Qui a trouvé refuge dans la vieille Rue Taison.

~

Les vitraux du transept sont des flaques noirâtres

Et les résilles de plomb sont pareilles à des ronces.

Qui gagnera le combat demande un saint d’albâtre

A la vierge Marie qui reste sans réponse.

~

La lumière faiblit et le jour se meurt.

Les milices célestes sont face à un dilemme.

Faut-il abandonner ou redoubler de fureur.

Personne ne sortira de cette lutte indemne.

~

Les forces de la nuit gagnent encore du terrain.

Gargouilles et serpents atteignent le sommet

Du chœur et des tours et crient d’une voix d’airain

Qu’ils triompheront bientôt du combat acharné.

~

Le jour a disparu les anges capitulent.

La Vierge se lamente à l’ombre d’un pinacle.

Quand en haut de la Mutte un bouffon funambule

Agite sa marotte et se rie du spectacle.

~

Le gothique flamboie dans la froide nuit lorraine.

La cathédrale s’endort et le combat s’achève.

Un fou continue pourtant à se bercer de rêves

Avant de dire adieu à la Vierge souveraine.

Rédigé par Kévin GOEURIOT

Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. Les gargouilles peuvent représenter des animaux hybrides. Des êtres fantastiques, par exemple à tête de félin, au cou orné de plumes et doté de larges ailes. Un diable. Un démon. Un être maléfique, à n’en pas douter. Car c’est un fait, les cathédrales et les églises du Moyen-âge fourmillent de gargouilles, de chimères et de diables en pierres qui décrochent les nuages, pour reprendre le mot de Jacques Brel. Des statues qui, toujours, se situent à l’extérieur de l’édifice. Certes, on peut rencontrer, çà et là, un diablotin caché dans un écoinçon, au cœur d’une de nos cathédrales, mais généralement, les gargouilles sont pour l’extérieur. Et les anges, pour l’intérieur. Et il en va de même des pages des manuscrits médiévaux. Les anges et les saints pour les lettrines et le corps du texte. Les diables, les patagons, les cynocéphales, les basilics, les escargots combattant les chevaliers, les lapins en train de se faire assaillir par les chiens, les sirènes, les licornes et les dragons, eux, figurent dans les marges. Marges où tout un monde existe donc. En marge de nos vies. Et de nos imaginaires. Gargouilles et diables qui gardent l’édifice. Et qui nous fascinent. Depuis des siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

chateau des ducs de Lorraine

Un livre sur les hauts-lieux de l’histoire lorraine

Roche des Fées

La Roche des Fées de Turquestein