in

Une kinésiologie porteuse de bien-être en Lorraine

Harmoniser le corps et l’esprit, voilà résumée la philosophie de la kinésiologie, une des quatre cents médecines alternatives répertoriées. Dans son cabinet de Volmerange-lès-Boulay, Rémy Hohlfeld, kinésiologue diplômé, vous emmène vers le mieux-être en combinant kinésiologie, magnétisme et reboutement.

Du grec « kinesis », mouvement et « logos », l’étude, la science, la kinésiologie, créée en 1964 par George Goodheart, un chiropracteur américain, s’inspire d’un ensemble de techniques issues de la médecine asiatique, notamment les méridiens. Ceux-ci sont les circuits énergétiques qui traversent l’organisme et sont liés à certains muscles. La kinésiologie considère que ces derniers sont le reflet des émotions. Quand une personne est stressée ou malade, cela se manifeste dans la tonicité musculaire. Cette thérapie alternative est une méthode d’accompagnement pour obtenir une équilibration dans le domaine énergétique, physique et psychologique. La technique fait appel à la mémoire du corps par l’intermédiaire d’un test musculaire. La kinésiologie part du postulat que le corps enregistre tous les événements relevant d’un stress depuis la conception jusqu’à aujourd’hui et qu’il porte en lui les séquelles de ceux-ci qui ont pu le traumatiser. Ce passé non résolu ne cesse d’endommager le présent. Que l’on soit adultes ou enfants, l’idée est de libérer diverses tensions dues au stress, modifier les réactions face aux événements de la vie, afin de retrouver un équilibre au quotidien. Pratiquée dans plus de cent pays, la profession de kinésiologue, reconnue en Europe mais pas en France, n’est pas réglementée.

Hypnose, sophrologie, chiropraxie, naturopathie, auriculothérapie, ayurveda, reïki, etc. les thérapies douces ou médecines alternatives connaissent un réel engouement. De plus en plus de Français se tournent vers elles. Des pratiques complémentaires pour se sentir mieux. Plus de quatre cents ont été répertoriées. Qui ne connaît pas directement ou indirectement une personne qui présente un « don » particulier, inexpliqué, un pouvoir, une capacité que l’on développe selon sa propre perception. Les plus cartésiens y verront de la foutaise, de l’ésotérisme, voire du charlatanisme. « L’essentiel, c’est le résultat », résume Rémy Hohlfeld, ancien commercial de 51 ans, kinésiologue à Volmerange-lès-Boulay depuis 2013, mais aussi rebouteux-magnétiseur. Il s’est lancé en 2005 dans une formation de trois cents heures et a été diplômé IKC (Collège international de kinésiologie) en Belgique.

Rémy Hohlfeld
Rémy Hohlfeld, kinésiologue à Volmerange-lès-Boulay (Crédits photo : Jean-Marie MATHE pour le Groupe BLE Lorraine)

BLE Lorraine :  A l’origine, avez-vous hérité d’un « don » ?

Rémy Hohlfeld : « Je ne crois pas, mais j’ai toujours eu une approche facile envers les autres, quelque chose se passait naturellement. Personne ne m’a rien transmis. Ce n’est pas de la magie, cela s’est développé à force de faire. Mon envie, c’est d’accompagner les gens et cela m’a donné la motivation nécessaire pour me lancer dans la formation de kinésiologue pendant mes week-ends. Je voulais accompagner les gens tout en ayant une base solide pour cette approche ».

BLE Lorraine : Parallèlement, la pratique de l’Aïkido vous a-t-elle aidé ?

RH : « La pratique de l’Aikido m’a permis d’affiner ma perception et ma sensibilité au niveau énergétique. Depuis 1996, je suis un fervent adepte de cet art martial qui exclut toute idée de combat et de compétition. C’est un travail interne qui développe des valeurs morales et physiques. En pratiquant avec votre partenaire, une harmonie doit s’installer, afin d’appliquer la technique en toute fluidité. En tant que 5ème dan, je donne des cours trois jours par semaine à Metz et à Condé-Northen aux adultes et aux enfants à partir de quatre ans. Dans l’Aikido comme dans mes séances de kinésiologie, je suis à l’écoute de chacun pour l’aider à progresser. »

BLE Lorraine : En quoi la kinésiologie n’est-elle pas une médecine ?

RH : « Le rôle de la médecine est de traiter maladies, affections, accidents. En dehors des traitements médicamenteux, d’autres formes de soins peuvent aider à améliorer le bien-être quotidien. La kinésiologie n’a rien de médical. On accompagne, on ne donne pas de traitement. On est un complément d’autres médecines mais on ne remplace pas la médecine traditionnelle. Le patient paie des honoraires, afin que le professionnel fasse un travail pour l’accompagner dans la compréhension et la libération des raisons qui l’ont fait organiser sa vie d’une façon qui ne lui convient pas. »

BLE Lorraine : Kinésiologie, magnétisme et reboutement sont-ils complémentaires ?

RH : « En complément à ma formation de kinésiologue, j’avais envie de me former au magnétisme et au reboutement. C’est en contactant un rebouteux de père en fils que j’ai décidé de franchir le pas. La kinésiologie est une méthode plutôt douce et globale qui vise à libérer le stress lié aux émotions, que ce soit d’ordre physique ou psychologique. Le magnétisme calme et améliore la circulation énergétique, tandis que le reboutement permet une approche plus physique en activant le tissu conjonctif et en déliant les tensions. L’objectif est d’apporter à la personne un mieux-être tant au niveau émotionnel et que physique. »

BLE Lorraine : Une séance chez un kinésiologue, pour qui, pour quoi ? 

RH : « Des adultes et des enfants de tous les âges, venus par le « bouche à oreilles ». Je leur préfère le terme « patients » au sens de patience, c’est à dire le temps nécessaire pour retrouver son équilibre intérieur, plutôt que « clients » qui fait commercial. Dans tous les cas, on peut faire appel à un kinésiologue pour de nombreuses raisons : douleurs physiques ou émotionnelles, angoisses, mal-être, addictions, mal de dos, etc. La première séance, de 1h30 à deux heures, se caractérise par un long échange-entretien, suivi de test musculaire. Ce test est l’un des principes fondamentaux sur lequel repose la kinésiologie. Très précis, il permet de dialoguer avec le corps. Par une pression douce exercée sur un muscle du bras, il indique si l’énergie circule bien, s’il y a un stress. Ensuite, j’apporte une ou plusieurs corrections selon les indicateurs du test. Je trouve toujours surprenant de constater que le corps garde la mémoire de tout notre vécu. Il ne ment pas, c’est notre meilleur allié pour avancer. Je crois en ma technique et l’expérience me donne raison car j’ai des retours très positifs. L’important c’est que chacun trouve la méthode qui lui convient pour l’aider à se sentir mieux dans sa vie et apporter à chaque personne une solution pour un mieux-être. »

Renseignements au 06 71 54 09 04.

Rédigé par Jean-Marie MATHE

Passionné de médias et correspondant local en Pays Boulageois pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

3 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vitraux de Jacques Villon Metz

Des vitraux de Jacques Villon à la cathédrale de Metz

robot

Inauguration du Creativ’Lab à Villers-lès-Nancy