in , ,

Langues régionales : menace sur l’enseignement du Lothringer Platt luxembourgois au collège de Sierck-les-Bains

Le Lothringer Platt est enseigné dans sa version luxembourgeoise depuis 1995 au collège de Sierck-les-Bains. Mais cette option risque bien de disparaître à la rentrée prochaine avec le départ à la retraite du professeur M. Périquet.

La langue régionale avait pourtant été largement plébiscitée par les parents d’élèves lors de deux études réalisées par l’éducation nationale en 1995 et en 2004. Ceux-ci souhaitaient d’ailleurs même un enseignement du luxembourgeois dès le primaire. C’est la raison pour laquelle une dizaine d’écoles du Pays des Trois Frontières propose depuis cette langue de la maternelle au CM2.

250 élèves de la 6ème à la 3ème apprennent actuellement la langue au collège de Sierck-les-Bains situé aux portes du Luxembourg et de l’Allemagne, contre seulement une quinzaine il y a vingt ans. C’est dire le chemin parcouru, même si l’enseignement de cette langue est boosté par la dynamique économique du Luxembourg qui en a fait un critère de sélection. A tel point que la spécificité de l’établissement de Sierck attire désormais des jeunes d’autres cantons. Dix-huit heures sont consacrées à cette option chaque semaine.

Il est absolument intolérable que le départ de M. Périquet, qui aspire naturellement à prendre sa retraite, n’ait pas été anticipé et que cet apprentissage soit purement et simplement condamné faute de remplaçant. D’autant plus que les professeurs de luxembourgeois qui veulent exercer en Lorraine, où le salaire est trois moins élevé qu’au Luxembourg, ne courent pas les rues. Il n’y a aucune volonté de maintenir et d’étendre cet enseignement que le collège de Sierck est le seul à proposer. A Longwy, il est uniquement disponible dans certains lycées depuis quelques années. A Diddenuewen (Thionville), l’option a déjà disparu au Lycée Hélène Boucher, faute de remplaçant, après le départ du professeur … au Luxembourg.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

1 point
Upvote Downvote

3 Commentaires

Répondre
  1. L’enseignement du Lothringer Platt luxembourgeois existe depuis plus de vingt ans au Collège De-Gaulle à Sierck-les-Bains. En Moselle, c’est le seul établissement à proposer cette option. L’engouement est tel que chaque année, de la 6ème à la 3ème, plus de 250 élèves suivent cet enseignement. Problème, en octobre, Claude Périquet, le professeur en charge des cours, partira à la retraite et aucun remplaçant n’avait été trouvé. Il faut dire que les rares enseignants certifiés qui maîtrisent le Lothringer Platt luxembourgeois travaillent au Luxembourg car ils gagnent plus qu’en Lorraine. Malgré toutes ces contraintes, un nouveau professeur a été trouvé. Il s’agit d’un jeune homme en attente de titularisation qui est déjà intervenu au collège pour un remplacement en allemand. Le 31 août, il fera sa prérentrée aux côtés de Claude Périquet. L’enseignement de la langue régionale est donc sauvé à Sierck-les-Bains.

  2. L’Université de Lorraine propose pour la première fois des cours de francique luxembourgeois ouverts à tous. Ceux-ci seront dispensés sur le Campus du Saulcy de Metz à partir du 19 novembre 2018 et jusqu’au 4 février 2019 par l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) Arts, Lettres et Langues. Les cours de dérouleront tous les lundis de 18h à 20h pendant dix semaines. L’idée est qu’à la fin de ces vingt heures de cours les participants sachent se présenter et échanger des informations simples sur eux, leur famille, leurs activités et leurs loisirs.

    A noter que le francique luxembourgeois est l’une des trois variantes du Lothringer Platt. Il est reconnu comme langue officielle au Luxembourg et est de plus en plus exigé pour travailler au Grand-duché.

  3. Sept plaques de rues et quatre panneaux d’entrée de ville en Lothringer Platt luxembourgeois ont dernièrement été installés à Siirk (Sierck-les-Bains). Des banderoles provisoires en francique devraient également être réalisées pour annoncer certaines manifestations, à l’image des « Nocturnes du Terroir » par exemple. Ce projet de sentier linguistique a été porté par Arnaud Feltz, conseiller municipal, et Jo Nousse, ancien enseignant et défenseur de cette langue régionale. Cette dernière fait partie du patrimoine culturel immatériel de Lorraine. Pour les habitants du Pays des Trois Frontières, le Lothringer Platt, dans sa version luxembourgeoise, est un élément incontournable de leur histoire et de leurs racines. Du fait de l’essor économique du Luxembourg, la langue connait un nouvel élan. De quoi peut-être donner l’idée de faire de même dans les communes voisines …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

În (h)omme dos lè lîne / Un homme dans la Lune

Nancy : Stanislas revisité par Jef Aérosol