in ,

În (h)omme dos lè lîne / Un homme dans la Lune

În sâ que ç’tait lè pieine lîne, mè grand-mêre me d’hè :

– Te voûs, dos lè lîne, il î în (h)omme.  Ç’ost Colâs des Nèvéts. Je vais te dîre çu qu’il è fait.

Colâs mingit tell’mot d’nèvéts qu’i n’ovoût jèmais essèz.

Volo qu’în jo, i r’marquè lo champ di wèsîn où’st-ce que crahhint dès sâprés nèvéts.

– Bon, qu’i grommelè tot pwa li, lo sâ-ci, je vârai èvo mè brouotte, lès qwèri. Dos lè neuyt, pahhênne ne m’wârrè …

È mèneuyt, lo voci qu’errîve i champ. I couille lès pus bés nèvéts qu’i treuve. Tot d’în keûp, quèqu’în errîve. Lè lîne ’tait cwèchie po lès nouâyes.

– Qu’âst-ce que t’fais, Colâs ? Je vins po t’aidî.

Volo l’(h)omme que châge lè brouotte èvo Colâs. Lè lîne revint. I fait grand jo. Mo Colâs r’kennot lo diâle èvo sès cônes, sès pettes de boc et sè grande quoûe …

– Mon Dû !, qu’i brait, je sèys dâmnè !

Lo diâle que s’voût r’kennu, fout so camp vitemot, è lêchant di sofe…

Mo Colâs, tromoulant, r’prod sè brouotte po rotrè è lè mâhon. Sus so chemîn, i rescoteure lo Bon Dû.

– Ah ! Colâs, qu’i d’hè, volo que t’voles lès nèvéts, tot mèt’nant ! Te doûrôs n-ollè dos s’n enfer, èvo lo diâle que t’è aidî. Po tè punition, je vais t’èfromè dos lè lîne. Te poûrrès mingi tès nèvéts, j’qu’è lè fîn di monde !

Volo poquè, è r’wêtant bé, te voûs Colâs des Nèvéts que bousse sè brouotte dos lè lîne. Il î dès gens que d’hot qu’lè lîne è dès eûx, în nèz, ène boche. Ç’n’ost mi vrai. I n’î poit d’dote. Ç’ost bé Colâs des Nèvéts.

Mè peûre grand-mêre ne possait mi, qu’în jo, y èrôt dès (h)ommes sus lè lîne, soixante ans èprès. De ç’que j’ai oû’i dîre, Colâs dès Nèvéts n’tait pus sus lè lîne, ou bé, i ‘tait cwèchi, is n’l’ont mi r’treuvè.

***

Un homme dans la Lune

Un soir que c’était la pleine Lune, ma grand-mère me dit :

– Tu vois, dans la Lune, il y a un homme. C’est Nicolas des Navets. Je vais te dire ce qu’il a fait.

Nicolas mangeait tellement de navets qu’il n’en avait jamais assez. Voilà qu’un jour, il remarqua le champ du voisin où poussaient de sacrés navets.

– Bon, grommela-t-il en lui-même, ce soir, je viendrai avec ma brouette les chercher. Dans la nuit, personne ne me verra …

A minuit, le voici qui arrive au champ. Il cueille les plus beaux navets qu’il trouve. Tout à coup, quelqu’un arrive. La Lune était cachée par les nuages.

– Qu’est-ce que tu fais, Nicolas ? Je viens pour t’aider.

Voilà l’homme qui charge la brouette avec Nicolas. La Lune revient. Il fait grand jour. Mon Nicolas reconnaît le diable avec ses cornes, ses pattes de bouc et sa grande queue.

– Mon Dieu !, crie-t-il, je suis damné !

Le diable, qui se voit reconnu, déguerpit, s’enfuit vivement, en lâchant du soufre.

Mon Nicolas, tremblant, reprend sa brouette pour rentrer à la maison. Sur son chemin, il rencontre le Bon Dieu.

– Ah ! Nicolas, dit-il, voilà que tu voles des navets, maintenant ! Tu devrais aller dans enfer, avec le diable qui t’a aidé. Pour ta punition, je vais t’enfermer dans la Lune. Tu pourras manger les navets jusqu’à la fin du monde !

Voilà pourquoi, en regardant bien, tu vois Nicolas des Navets qui pousse sa brouette dans la Lune. Il y a des gens qui disent que la Lune a des yeux, un nez, une bouche. Ce n’est pas vrai. Il n’y a pas de doute. C’est bien Nicolas des Navets.

Ma pauvre grand-mère ne pensait pas, qu’un jour, il y aurait des hommes sur la Lune, soixante ans après. De ce que j’ai entendu dire, Nicolas des Navets n’était plus sur la Lune, ou bien, il était caché, ils ne l’ont pas retrouvé.

D’après Pierre Fève,

Annonces des Hautes-Vosges,

Le 4 mars 1973.

Traduction du Vosgien de Corcieux.

Rédigé par André TOUCHET

Amoureux des langues régionales et de la Lorraine pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des contes et légendes en Vosgien

Langues régionales : menace sur l’enseignement du Lothringer Platt luxembourgois au collège de Sierck-les-Bains