in

La légende de l’Ondine de la Nied en Lorraine

On raconte qu’il y a bien longtemps de cela vivait, dans un palais de cristal situé quelque part au fond de la Nied, une ondine, pas plus grande qu’une libellule, mais terriblement jolie et généreuse à souhait. Elle prodiguait, aux personnes qui peuplaient les berges de la rivière, tout un tas de richesses délicates, qui allaient des fleurs immaculées qui s’épanouissaient chaque printemps jusqu’aux magnifiques feuilles dorées dont les saules se paraient, à chaque automne.

Car l’ondine était une fée. Un de ces êtres discret et plein de charme et qui connaissait tout un tas de tours et d’artifices capables d’enchanter le monde qui est le nôtre. Chaque année, lors du solstice d’été, elle avait coutume de saluer son peuple en remontant le cours de la rivière dans une conque tirée par six canards dorés.

Or, il arriva, une année, qu’un méchant chasseur s’était posté dans les roseaux, quelque part sur les bords de la Nied. Quand il vit les canards arriver au détour d’un méandre, le chasseur épaula son fusil. Insensible à l’étonnant spectacle qu’il avait sous les yeux, il tira et abattit l’un des jolis canards. Son chien alla chercher la proie. Et l’ondine, apeurée par la scène qui venait de se jouer, plongea dans la rivière en un battement de cils.

On raconte que, depuis ce jour-là, la petite ondine de la Nied ne s’est plus jamais montrée. Elle pleurerait, là-bas, dans son palais de cristal situé quelque part dans un méandre, au fond de la rivière. D’autres racontent qu’elles se montre parfois, par certains soirs d’été, aux quelques rares personnes qui savent apprécier les charmes et les beautés de la nature. Moi-même, je vous l’assure, il me semble l’avoir déjà aperçue, un jour que je me promenais et que je rêvais, là-bas, sur les bords de la Nied.

Rédigé par Kévin GOEURIOT

Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

4 Commentaires

Répondre
  1. J’ai grandi à Créhange-Cité et nous allions souvent nous baigner durant l’été dans la Nied . (années 1950/1970)
    Tous les enfants de la cité connaissaient la Nied . Nous apportions notre pique-nique et ce n’était que du bonheur de se retrouver là, surtout les dimanches, avec la famille et les copains/copines. Pour y aller, on descendait “à la Nied” comme on disait à l’époque et après … il fallait remonter !!!. Je ne connais pas cette légende et je la découvre aujourd’hui. J’y retournerais volontiers pour rencontrer l’Ondine … Bravo et merci à Kévin GOEURIOT Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine pour m’avoir rajeunie de plus de 70 ans !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

nucléaire

L’Autorité Environnementale demande de nombreux compléments d’informations sur le projet CIGEO à Bure

Camp du Ban-Saint-Jean

Des descendants de prisonniers du Ban-Saint-Jean écrivent une lettre aux autorités