in , ,

La Maison du Migomay à Plappeville

La Maison du Migomay à Plappeville (Crédits photo : Aimelaime)

Classée à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2001, la Maison du Migomay est l’une des plus anciennes demeures de Plappeville, aux portes de Metz.

Il s’agit en effet de l’une des rares maisons conservées antérieure au XVIIème siècle et donc à la terrible Guerre de Trente Ans qui ravagea la Lorraine. La Maison du Migomay est aussi le seul vestige du début du protestantisme à Metz. Elle était ainsi la maison de campagne du pasteur, poète et théologien Paul Ferry (1591-1669). Surnommé « Bouche d’Or », celui-ci fut d’ailleurs pasteur de l’Eglise réformée de Metz de 1612 jusqu’à sa mort en 1669.

La Maison du Migomay a été remaniée au XVIIème et au XVIIIème siècle, notamment après l’incendie du 14 février 1636. Elle fut alors reconstruite. C’est la raison pour laquelle elle arbore deux styles différents sur sa façade si particulière. La demeure resta dans la famille Ferry jusqu’à que celle-ci se dispersa après la révocation de l’Edit de Nantes le 18 octobre 1685 par Louis XIV.

A noter enfin que la vielle maison plappevilloise appartient de nos jours à un particulier. Elle reste cependant inhabitée et mériterait certainement une autre mise en valeur.

Rédigé par Rédaction BLE Lorraine

La Rédaction du Groupe BLE Lorraine, premier média et think tank indépendant de Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

3 Commentaires

Répondre
  1. 200 pieds de pinot gris ont dernièrement été inaugurés par l’Ordre des Vignerons de Plappeville à l’entrée du village en direction de Lorry-lès-Metz, afin de perpétuer la tradition viticole de la commune. Située sur la Route des Vins de Moselle en Pays Messin, la vigne, qui avait été plantée trois ans auparavant, a été baptisée « Les Bénettes » en référence au nom des tabliers de cuir léger à coins ronds que portaient les vignerons d’autrefois.

  2. Merci pour cette notice très intéressante! Et bravo pour votre site.
    Attention toutefois, il y a une (petite) erreur, la famille Ferry ne s’est pas dispersée en 1685, notamment parce que la fille du pasteur, Suzanne Ferry, et la plupart de ses enfants se sont convertis au catholicisme.
    Je me permets (désolé) un peu de pub, sur la famille Ferry il y a quelques éléments dans mon livre Être pasteur au XVIIe siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669), paru aux Presses universitaires de Rennes en 2015.

  3. J’ai eu l’occasion de voir cette maison et dans savoir l’histoire maintenant grâce à vous me donne l’envie de retourner …merci !

    Il est vrai qu’il est bien triste de voir son état actuel et ce serait sympa de solliciter des bonnes volontés pour la remettre en l’état surtout en ces temps troublés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Petite-Rosselle

De l’exploitation du charbon en Lorraine

nucléaire

L’Autorité Environnementale demande de nombreux compléments d’informations sur le projet CIGEO à Bure