in , ,

La fête du solstice d’hiver en Lorraine ou le Noël originel

La célébration du solstice d’hiver, dénommée également Yule, du vieux norrois (Jól) pour les Germains et Alban Arthan pour la tradition néo-celtique, est l’une des plus grandes fêtes du paganisme que l’on retrouve donc aussi bien dans la mythologie germano-nordique que dans les mythologies celtique et latine.

Cette fête célèbre le solstice d’hiver, où la nuit est la plus longue de l’année, précédant la « naissance du nouveau Soleil qui illuminera la Terre ». Pour les Celtes, c’est l’occasion de vénérer le dieu solaire « Bel », qui par ailleurs donna certainement son nom aux « Ballons des Vosges ». Quant aux Germains et Scandinaves, c’était le dieu Wotan, Wodden, appelé également Odin, qui était particulièrement vénéré en ce jour, et qui laissa de nombreuses traces un peu partout en Lorraine et en Alsace. Il sera l’inspiration même du Saint-Nicolas qui donnera ensuite naissance au Père Noël.

Cette fête permettait de célébrer la fin de la période sombre gouvernée par le Houx, la période claire étant gouvernée quant à elle par le chêne. Elle signifiait également le retour du rallongement des journées. Afin de remplacer les cultes païens, l’Empereur romain Constantin décida de placer la naissance de Jésus à la date du 25 décembre. La fête fut donc reprise par les chrétiens et prit alors le nom actuel de Noël.

Plusieurs symboles ont cela dit survécut. De très nombreux symboles de Noël encore utilisés aujourd’hui sont ainsi issus des pratiques païennes. A commencer par l’un des plus célèbre, à savoir le sapin de Noël, un des symboles, si ce n’est le symbole le plus ancien de cette fête. Il trouve ses origines dans les cultures païennes. La symbolique de l’arbre comme image de la vie et de la renaissance est aussi répandue qu’ancienne. Et puis, quoi de plus important que le sapin comme symbole de résistance et de prospérité, avec ses feuilles qui restent vertes et survivent à l’hiver ? De plus, chez les Celtes, l’épicéa, autre conifère, était considéré comme « l’arbre de l’enfantement ». En ces temps anciens, les sapins étaient notamment décorés de fruits, comme des pommes qui symbolisaient la prospérité. Mais la nourriture se faisant rare en hiver, l’idée de remplacer les fruits par d’autres décorations, dont les célèbres boules de Noël appelées « Kugel », est née en Lorraine et plus particulièrement en Moselle au cours du XIXème siècle.

Le sapin fut ensuite repris par le christianisme. Saint Colomban, moine irlandais qui a évangélisé les Vosges et a fondé un monastère à Luxeuil en 590, aurait un soir de Noël emmené quelques religieux au sommet d’une montagne vosgienne. Là, se trouvait un très vieux sapin, qui était encore objet de culte pour les derniers païens vosgiens. Colomban et ses compagnons auraient alors accroché leurs lanternes aux branches afin de dessiner une croix lumineuse. Mais cette histoire n’étant pas attestée dans les documents de l’époque, il semblerait que cela tienne plus du légendaire. En revanche, le sapin de Noël est mentionné comme tradition présente dans le Saint-Empire-Romain Germanique au XVIème siècle. La plus vieille archive mentionnant un sapin de Noël se trouve à Sélestat, en Alsace, et date de 1521. En effet, de nombreuses pratiques païennes ont largement survécu dans les territoires celtiques et germaniques. Mais il faudra attendre le XIXème siècle pour voir le sapin de Noël sortir des territoires allemands pour se répandre à nouveau dans toute l’Europe.

Pour ne citer qu’un second exemple, la bûche de Noël était autrefois une véritable buche de chêne que toute la famille allait chercher avant de soigneusement la placer dans l’âtre de la cheminée. Cette bûche représentait alors le feu sacré, la lumière de la Terre. Aujourd’hui, la symbolique n’est plus aussi profonde, c’est juste le bon dessert qui succède au copieux repas de Noël.

Rédigé par Jean-Michaël CHOSEROT

Naturaliste et éducateur à l’environnement du Pays de Lorraine pour le Groupe BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. Le pere Noel nous arriverait du pole Nord sur son traineau. Ce mythe est ne de l’imagination d’artistes et d’ecrivains du XIXe siecle qui l’ont mis en scene dans cet univers froid et enneige. En realite, le pere Noel est l’heritier de saint Nicolas – un eveque martyr du IVe siecle fete dans l’Europe du Nord et de l’Est, qui distribuait des cadeaux aux enfants sages. Les Americains ont adopte le Sinterklaas (le meme saint Nicolas) amene par les emigres hollandais dans leurs bagages. Anglicise en Santa Claus, il a perdu sa dimension religieuse mais n’oublie pas les cadeaux. Croque a la fin du XIXe siecle par le dessinateur Thomas Nast sous les traits d’un vieux bonhomme joufflu et debonnaire, il devient si populaire dans les annees 1930 que Coca-Cola s’empare du personnage pour ses publicites. Noel trouve ses racines dans la Rome antique et les fetes celebrees juste avant le solstice d’hiver. Les chretiens ont fixe la date de naissance de Jesus-Christ a la meme periode. Au fil des siecles, la celebration de la Nativite a perdu un pan de sa dimension religieuse et gagne de nouvelles coutumes. Une fete en perpetuelle transformation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jacques Callot

Du Chêne des Suédois aux ravages de la Guerre de Trente Ans en Lorraine

Bredele Noël

Spritz et autres Bredele de Lorraine