in , ,

Secteur sauvegardé à Metz

Le centre-ville de Metz (Crédits photo : Philippe Gisselbrecht/ Ville de Metz)

En 2018, la Ville de Metz a fait passer le périmètre de son secteur sauvegardé de 22,5 hectares à 163 hectares. Auparavant limité au seul Quartier des Iles, celui-ci intègre désormais presque l’intégralité du centre-ville de Metz, de la Moselle à l’Ouest aux voies ferrées à l’Est, ainsi que les quartiers Outre-Seille et Impérial autour de la gare. Les emprises du ministère français de la défense en sont pour le moment exclues jusqu’à qu’elles soient démilitarisées. Si bien qu’aujourd’hui, le secteur sauvegardé de Metz est l’un des plus étendus de France.

L’idée est bien entendu de protéger le patrimoine de la ville et de préserver son histoire, pour mieux transmettre cet héritage aux générations futures, mais aussi de se prémunir des verrues urbanistiques. Il faut dire que la Ville de Metz, déjà labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » et candidate pour être classée au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, n’a pas toujours été ménagée, loin de là, par ses maires, les constructeurs et certains promoteurs immobiliers. Avant cette extension spectaculaire, il faut dire que son secteur sauvegardé n’avait été révisé qu’à la marge depuis 1975.

Finies les fenêtres en PVC, les enseignes malavisées ou encore les constructions anarchiques dans les cours d’immeubles. Concrètement, cette mesure est venue imposer de nouvelles contraintes architecturales aux propriétaires aussi bien privés que publics, ainsi qu’une surveillance plus stricte. Cette dernière vise à encadrer les interventions effectuées sur les monuments et le patrimoine remarquable, y compris les places et les parcs. Tout nouvel aménagement et chantier est passé au crible du cahier des charges du secteur sauvegardé. Pour cela, un état des lieux extrêmement détaillé a été réalisé pour répertorier chaque immeuble. Chaque habitation a été inspectée de la cave au grenier, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, pour consigner tous les éléments architecturaux dignes d’intérêt. Portes, cheminées, parquets, vitraux, fresques, etc., tout ce qui se trouve dans le secteur sauvegardé de Metz a été cartographié. Chaque bâtiment a été classé en « patrimonial 1 », « patrimonial 2 », Monument Historique ou à démolir pour préserver le cachet. Autrement dit, c’est tout le programme de restauration de la ville pour les trente prochaines années qui a été tracé.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

7 points
Upvote Downvote

Un Commentaire

Répondre
  1. La mairie et la métropole devraient prendre plus au sérieux la protection et le soin apporté au patrimoine bâti de la ville de Metz.
    De nombreuses incivilités sont constatées tels que les tags et affichages sauvages, détériorant fâcheusement l’architecture du secteur sauvegardé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mouton

Des aliénés du village de Fraimbois

Haras Sarralbe

Sieur Schwanauer le Haras de Sarralbe