in

Radiothérapie de dernière génération à l’Institut de Cancérologie de Lorraine

L’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL) a dernièrement investi dans un CyberKnife M6, un appareil de radiothérapie de dernière génération. La première pierre de la nouvelle structure qui l’abritera a dernièrement été posée à Vandœuvre-lès-Nancy.

Cet équipement de pointe vient compléter le plateau de radiothérapie le mieux équipé de tout le Grand Est. Cet outil unique en Lorraine devrait accueillir ses premiers patients d’ici septembre 2017. La précision de ciblage millimétrique du nouvel appareil permet de traiter des cas encore plus complexes, difficiles d’accès, ainsi que des tumeurs situées à proximité de zones à risque, à l’image du foie et des poumons, sans altérer pour autant des tissus sains. Les déplacements de l’appareil sont en effet synchronisés sur les mouvements des organes mobiles. Il peut alors également agir pour détruire des métastases cérébrales, hépatiques et pulmonaires. Par ailleurs, les séances de CyberKnife M6 sont désormais plus courtes et moins nombreuses par rapport à la génération précédente d’appareils. Elles passent ainsi d’une heure à quarante minutes.

L’acquisition de cet équipement par l’ICL a représenté un investissement de 6,6 millions d’euros, dont 2,7 millions sont dédiés à l’aménagement de la structure de radioprotection.

Rappelons enfin que chaque année l’ICL accueille plus de 13 000 patients de tout le quart Nord-Est de la France et du Luxembourg et réalise 36 000 interventions de radiothérapie.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

2 Commentaires

Répondre
  1. Le CHRU de Nancy a dernièrement investi quatorze millions d’euros pour se doter d’un centre de Radiothérapie Interne Vectorisée (RTIV). En plein essor, cette technologie de pointe constitue une nouvelle arme de précision contre certains types de cancers et permet à l’établissement lorrain de s’élever au rang de centre de référence en Europe en la matière. Le centre RTIV de Nancy se compose d’un plateau technique de recherche et de développement équipé d’un mini-cyclotron, d’un bloc robotisé pour la production de radiopharmaceutiques en microfluidique, d’une unité de fabrication de radiopharmaceutiques, d’un laboratoire de recherche en radiochimie et d’une plateforme d’imagerie. Une nouvelle structure hospitalière a par ailleurs été aménagée pour accueillir les patients. Elle dispose de quatorze chambres, dont sept ont été plombées, afin de réduire la propagation des radiations reçues par les malades. La RTIV permet en effet d’irradier une tumeur par injection de molécules radioactives qui se fixent directement sur la tumeur. A travers le Groupement d’Intérêt Economique (GIE) Nancyclotep, spécialisé en médecine nucléaire, le CHRU de Nancy entend par ailleurs devenir un véritable pôle de développement de la RTIV. Créé en 2007, Nancyclotep vise à proposer des solutions innovantes en médecine nucléaire, associant aussi bien recherche et développement, études cliniques et production de radiopharmaceutiques.

  2. Depuis septembre, le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Nancy dispose d’un scanner de toute dernière génération. Il s’agit de l’Aquilion Precision, un équipement ultramoderne conçu par Canon qui permet d’obtenir une résolution d’image et un niveau de détails inégalés grâce à de l’intelligence artificielle combinée à une multitude de capteurs hyper-sensibles. Seuls trois scanners de ce type existent en Europe. Nancy est le seul établissement à en être doté en France. D’une valeur de 1,5 million d’euros, il a été installé dans le service ostéo-articulaire Guilloz. Cette nouvelle technologie de pointe permet d’optimiser la prise en charge des patients lorrains qui sont donc les premiers à pouvoir en bénéficier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Urbanisme et démographie : Augny veut regagner des habitants

Inauguration de la gare de Metz-Nord rénovée