in , ,

L’Autre Filature de Saint-Nicolas-de-Port

L’ancien bâtiment administratif de la Société Anonyme des Filatures et Tissages de Saint-Nicolas-de-Port, situé dans la zone du Champy, a dernièrement été entièrement réhabilité, afin d’accueillir l’Ensemble Musical de Saint-Nicolas (EMSN). Celui-ci regroupe l’école de musique, l’harmonie municipale, l’école de danse, la chorale, ainsi que les autres activités artistiques de la cité portoise, à l’image de l’art floral ou encore du théâtre.

Baptisée « L’Autre Filature », la nouvelle structure, qui a représenté un investissement de 1,5 millions d’euros, abrite ainsi cinq associations sur une surface de 900 mètres carrés répartie sur deux niveaux. 800 utilisateurs, dont 300 musiciens, peuvent désormais exercer leurs passions dans des conditions optimales, avec notamment des espaces parfaitement insonorisés. « L’Autre Filature » dispose en effet de huit salles de cours de musique et de chant, mais aussi de deux salles de répétition et de concert, dont la plus grande, équipée d’une scène amovible, a une capacité d’accueil de 200 personnes assises ou 400 debout. Située à l’étage, la salle de danse peut quant à elle accueillir 250 pratiquants. Une salle d’expression et une autre dévolue à l’art floral ont également été aménagées.

Le bâtiment, qui a nécessité un an de travaux, est équipé d’un ascenseur. Il est par ailleurs accessible aux personnes handicapées. Un parking de soixante places a été créé devant.

Rappelons que la Société Anonyme des Filatures et Tissages de Saint-Nicolas-de-Port a vu le jour en 1931. Elle comprenait les Filatures de la Butte à Varangéville créées en 1820 mais détruites par un incendie en 1940, les Tissages de Saint-Nicolas-de-Port, l’usine hydro-électrique du Champy, ainsi que des logements pour le personnel. Plus de 400 métiers à tisser étaient installés dans la cité portoise. En 1959, 870 tonnes de fil et 3,5 millions de mètres de tissus sortirent des Tissages. Mais en raison de stocks trop importants et de la concurrence asiatique, ceux-ci durent fermer leurs portes en avril 1961, entraînant la suppression de 182 emplois. Les Filatures, dont les ateliers avaient pourtant été modernisés en 1950, cessèrent leur activité quelques semaines plus tard, laissant cette fois 154 personnes sur le carreau. La grande cheminée élevée en 1890 témoigne encore de l’aventure de l’industrie textile et lainière à Saint-Nicolas-de-Port, dont l’origine remonte à 1789.

A noter enfin que « L’Autre Filature » s’inscrit dans le cadre du grand projet de réhabilitation des friches industrielles du Champy.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Musée Lorrain à Nancy : choisir le moins pire n’est pas forcément la meilleure des solutions !

Laïcité et Droit Local