in ,

Buhl-Lorraine : l’ULM donne des ailes !

Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine

Paré au décollage (Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

Qui n’a jamais rêvé de voler, de planer dans les airs et de fuser dans les cieux tel un rapace ? Ce rêve peut devenir réalité à l’aérodrome Henri Metz de Sarrebourg-Buhl-Lorraine. L’équipe SkyBirds propose de vivre une expérience hors du commun qui permet de découvrir la Lorraine sous un angle inédit. Récit d’aventures !

ULM BLE 5

L’Aérodrome Henri Metz à Buhl-Lorraine (Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

Ayant travaillé plusieurs années dans l’industrie aéronautique, aussi bien en France qu’en Allemagne, je me présente, en ce chaud dimanche après-midi, relativement confiant et assez impatient à l’idée de décoller de l’aérodrome de Sarrebourg-Buhl-Lorraine. Je ne suis pourtant encore jamais monté dans un ULM (Ultra Léger Motorisé). Le contact avec Dominique, mon instructeur du jour, est immédiatement chaleureux. Le traditionnel briefing peut alors commencer par un peu d’aérologie sur les courants d’air chaud ascendants recherchés par les planeurs, les rapaces ou encore les moustiques pour gagner en altitude. Le temps d’embrasser du regard la piste sur laquelle viennent justement de se poser deux planeurs que Dominique me présente l’aérodrome Henri Metz. Celui-ci a été construit par les Allemands. Il fête ses cent ans en 2016 ! Ses anciens hangars en tôle ondulée abritent cinq clubs d’aviations et d’aéromodélisme. C’est le seul aérodrome de Moselle avec une piste en dur ouverte à tous.

ULM BLE 2

L’Etang du Stock et le Canal de la Marne au Rhin (Crédits photo Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

Dominique, par ailleurs trésorier du club, sort ensuite la « machine » du hangar. Il s’agit d’un magnifique ULM trois axes blanc et bleu parfaitement entretenu. Celui-ci dispose de deux réservoirs de carburant de cinquante litres, un dans chaque aile, afin d’équilibrer l’appareil. Après le contrôle et l’inspection générale de l’avion avant le vol, il est temps de monter à bord. Le pied gauche sur le marchepied puis le droit sur la partie de l’aile équipée d’un système antidérapant et hop me voilà hissé dans la cabine ! Casque audio vissé sur les oreilles et ceinture bien attachée, je regarde Dominique effectuer les derniers réglages et vérifier les indicateurs de vol. Je reçois une ultime consigne avant le décollage pour que je sois capable d’activer le parachute de secours en cas de malaise de mon pilote ou de panne moteur. Enclenché, le système doit sauver l’appareil, qui coûte à l’achat près de 70 000 euros, mais aussi si possible ses occupants. Et c’est parti ! Après les quelques traditionnels virages, la piste s’offre droit devant nous. L’avion s’élance et au bout de quelques secondes nous décollons à une vitesse de 80 km/h pour atteindre en l’air une vitesse de croisière de 200 km/h. Waouh !

ULM BLE 3

Rhodes et ses ports de plaisance (Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

Nous prenons la direction du Pays des étangs. Sarrebourg est à peine derrière nous que se dessinent déjà l’Etang du stock, le Canal de la Marne au Rhin, Langatte avec sa base de loisirs et ses chalets, puis l’Etang de Lindre. Le paysage est sublime. L’instant magique. Au bleu miroitant des étangs ponctué par une multitude de petits points blancs que sont les bateaux se même le vert profond des forêts. Tout au fond, l’usine Smart de Hambach apparaît comme une tâche blanche juste avant l’horizon. Le vol est agréable. Je me sens parfaitement en sécurité. L’avion est stable. Il se laisse facilement diriger par un palonnier. Il y a très peu de turbulences. Nous virons sur la droite pour passer au-dessus du Parc animalier de Sainte-Croix dont le parking est bien garni. Les premiers contreforts des Vosges couverts de pins se dressent. Le Donon est en ligne de mire. Au premier plan, la ligne TGV file à travers la campagne. Je réalise le rêve d’Icare au-dessus de ma belle Lorraine. Quelques paroles de pilotes allemands viennent interrompre ma quiétude. Il faut dire que la radio de l’avion peut émettre et recevoir jusqu’à 100 km à la ronde. Chacun doit se signaler et annoncer les manœuvres qu’il engage. Nous entamons la descende. Nous contournons Buhl et l’aérodrome pour nous mettre dans le bon sens par rapport au vent avant d’atterrir. Le moteur décélère. Nous nous posons en douceur. La balade s’achève.

ULM BLE 4

Atterrissage sur la piste de l’aérodrome de Buhl-Lorraine (Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

De retour sur terre, l’avion retrouve son hangar, avant une nouvelle envolée. Derniers remerciements et dernière poignée de main et je repars émerveillé après un moment de pur bonheur. Je conseille à toutes et à tous cette expérience unique. Le club ULM SkyBirds de Sarrebourg-Buhl propose des baptêmes de l’air et des vols d’initiation. Son école de pilotage prépare au brevet de pilote. Je songe d’ailleurs sérieusement à le passer.

Thomas RIBOULET, Président du Groupe BLE Lorraine.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un Musée du Cirque dans le Château de Nilvange

Musée Lorrain à Nancy : choisir le moins pire n’est pas forcément la meilleure des solutions !