970×90

Lè bêlle et lè bête / La belle et la bête

Lè bêlle et lè bête / La belle et la bête

I n’y èveût eune fwès i poûre brâve (h)omme qu’èveût treûs bâcêlles. Note brâve (h)omme deuveût fâre i voyêge. I d’mande donc’, comme de juste, è ses bâcelles ç’qu’is volînt qu’i li repp’tesse de so voyêge.

Les doux pus vieilles, coquettes comme des pans, ont d’mandè chèkîne eune bêlle toilette è lè grand moûde. Lè bêlle è simplement d’mandè eune roûse don pèyis ètrangè.

Vol donc’ lo pêre envoye. Au bout d’i boin bout d’temps, quand’l è èvu fât ses commissions, i r’tone cheuz li, repp’tant è ses doux pus vieilles bâcelles chèkîne i bé (h)èbit. Mâs i n’èveût-m’ pensè è lè roûse de lè bêlle.

Eune jonâye, lo vol qu’errîve è lè brûne dans i boûs et s’y è bientoût peudu. Èprès owè èvu marchè i piot moment, lo vol qu’è vu eune leumîre. ‘L en vâ donc’ dreût’ è lè l’mîre et i s’treuveût bientoût d’vant i bé chèté. ‘L enteure dedans et qu’est-ce qu’i wèt ? Au mointiè d’eune bêlle sâlle, i n’y èveût eune bêlle tauye èvo i boin r’pès d’ssus. È coté d’lè tauye, n’y èveût i boin lit. D’zos lè chèm’nâye, è coté don boin fu, so hhauffieût eune groûsse bête comme i loup. Note (h)omme so mot è tauye, sope comme i faut et s’couche dans lo lit bien hhauffiè. Lo lend’main, au mètîn, en so l’vant, i wèt ico eune fwès lè tauye prèpèrâye èvo i boin d’junon d’ssus. Aussitoût i s’mot è tauye et commence è mingè èvo bon auppétit. Èprès s’owè èvu guerni comme i faut, note brâve (h)omme r’wâte è coté d’li et wèt i bé roûsi fiori è coté d’lè bête.

– Voce bien m’n effâre, que so d’heût note (h)omme, je vâs cuyè eune roûse tot-cè po remp’tè è lè bêlle.

Mâs bote au diâle, quand’l è èvu cuyè lè roûse, vol lè bête qu’so leuve et qui dit : 

– Te n’os-m’ ico content que j’t’â nûrri et couchè, i faut qu’te v’nesses ico cuyè mes roûses !
Note brâve (h)omme i rèconte donc’ l’(h)istwêre que j’viens d’vos rècontè et lè bête i rèpond : 

– I faut qu’te m’èmweinnesses lè bêlle en treûs jos.

Vol lo pêre renvoye cheuz li et i rèconte çolè è ses bâcelles. Au bout des treûs jos, lo pêre emmweinne donc’ lè bêlle au chèté. Quand’ lè bâcelle è ètu i poû fâte èvo lè bête, lo pêre è r’en ollè cheuz li.

Au bout d’eune pâre d’ennâyes, lè bêlle voleût r-ollè veûr so pêre et ses sieus. D’vant qu’d’en ollè, lè bête i dit : 

– Si t’n’os-m’ rev’nôwe dans treûs jos, te vienrés veûr d’zos lo cheinne qu’ost au mointiè d’note jèdîn, et t’mo veûrrés noyâye dans lo canâl que pesse dans note jèdîn.

Les treûs jos s’pessent et lè bêlle ne r’veuneût-m’. Lè bête ennoyâye so preumweinneût sus lo bôrd don canâl dans lo jèdîn et eunne cheut d’dans.

Per bon(h)eûr, lè bêlle oteût rev’nôwe. Eunne vâ d’zos l’arbe qu’èveût indiquè lè bête et commence è hoûyè : 

– Lè bête, èyoù qu’t’os ?

Tot d’i coup, eunne lè wèt qu’olleût noyè dans lo canâl. Lè bêlle vient è so s’coûrs et elle retîre i bé monsieu de l’ôwe et s’é mèriè èvo, et si is n’sont-m’ moûts, is veukent ico.

***

La belle et la bête

Il y avait une fois un pauvre brave homme qui avait trois filles. Notre brave homme devait faire un voyage. Il demanda donc, comme de juste, à ses filles ce qu’elles voulaient qu’il leur rapportât de son voyage. Les deux plus vieilles, coquettes comme des paons, demandèrent chacune une belle toilette à la grande mode. La belle demanda simplement une rose du pays étranger.

Voilà donc le père parti. Après un bon bout de temps, quand il eut fait ses commissions, il retourna chez lui, rapportant à chacune de ses deux plus vieilles filles un bel habit. Mais il n’avait pas pensé à la rose de la belle. 

Un jour, le voilà qui arriva à la brune dans un bois où il se perdit. Après avoir marché un petit moment, le voilà qui vit une lumière. Il s’en alla donc droit à la lumière et se trouva bientôt devant un beau château. Il y entra, et qu’est-ce qu’il vit ? Au milieu d’une belle salle, il y avait une belle table avec un bon repas dessus. A côté de la table, il y avait un bon lit. Sous la cheminée, à côté d’un bon feu, se chauffait une grosse bête semblable à un loup. Notre homme se mit à table, soupa comme il faut et se coucha dans le lit bien chauffé. Le lendemain matin, en se levant, il vit encore une fois la table préparée avec un bon déjeuner dessus. Aussitôt il se mit à table et commença à manger avec bon appétit. Après s’être garni comme il faut, notre brave homme regarda à côté de lui et vit un beau rosier fleuri à côté de la bête.

– Voici bien mon affaire, se dit notre homme, je vais cueillir une rose là pour remporter à la belle. Mais botte au diable, quand il eut cueilli la rose, voici la bête qui se leva et qui dit :

– Tu n’es pas encore content de ce que je t’ai nourri et couché, il faut que tu viennes encore cueillir mes roses !

Notre brave homme lui raconta donc l’histoire que je viens de vous raconter et la bête lui répondit :

– Il faut que tu m’amènes la belle dans trois jours. 

Voilà le père reparti chez lui et il raconta cela à ses filles. Au bout de trois jours, le père emmena donc la belle au château. Quand la fille fut un peu habituée à la bête, le père s’en retourna chez lui.

Au bout de quelques années, la belle voulait aller revoir son père et ses sœurs. Avant de partir, la bête lui dit :

– Si tu n’es pas revenue dans trois jours, tu viendras voir sous le chêne qui est au milieu de notre jardin, et tu me verras noyée dans le canal qui passe dans notre jardin.

Les trois jours passèrent et la belle ne revenait pas. La bête ennuyée se promenait sur le bord du canal dans le jardin et elle tomba dedans.

Par bonheur, la belle était revenue. Elle alla sous l’arbre que la bête lui avait indiqué et commence à crier :

– La bête, où es-tu ?

Tout à coup elle la vit qui allait se noyer dans le canal. La belle vînt à son secours et elle retira un beau monsieur de l’eau et se maria avec lui. Et s’ils ne sont pas morts, ils vivent encore.

Tiré de Textes patois recueillis en Lorraine, Thiriot et Zéliqzon, 1912, pages 49 -52.

Traduction du Patois de Fleury, dans le Sud messin.

André TOUCHET, amoureux des langues régionales et de la Lorraine, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !