Avec sa tour-clocher fortifiée percée de meurtrières construite au XIVème siècle qui servait autrefois à protéger les habitants, l’église Saint-Martin de Sillegny, en Pays Messin, apparaît plutôt austère. Pourtant, l’édifice de style gothique flamboyant abrite une merveille de l’art religieux, à savoir des fresques du XVIème siècle qui recouvrent presqu’intégralement ses murs. Un chef d’œuvre de la Renaissance. A tel point que l’église de Sillegny est surnommée la chapelle Sixtine lorraine.

Sillegny
D’apparence austère à l’extérieur, l’église fortifiée de Sillegny abrite pourtant d’incroyables fresques de la Renaissance (Crédits photo : Paul SCHAACK pour le Groupe BLE Lorraine)

A l’intérieur, c’est une véritable explosion de couleurs empruntés aux plus grands peintres de la Renaissance italienne. Fascinantes et truffée de détails truculents, les peintures murales de Sillegny ont été réalisées à la détrempe en 1540, soit trente ans après celles de Michel-Ange à la chapelle Sixtine à Rome. Elles représentent essentiellement des scènes religieuses, ainsi que des saints et des saintes. Ces fresques travaillées à l’œuf et à la colle seraient l’œuvre de peintres italiens itinérants qui auraient été envoyés à la demande du curé du village par les sœurs du cloître de Sainte-Marie-aux-Nonnains de Metz dont dépendait la paroisse. C’était en effet une pratique courante à l’époque de peindre des scènes de la Bible sur les murs des églises. Ce catéchisme géant permettait aux prêtres d’instruire leurs fidèles qui étaient pour la majorité d’entre eux illettrés.

église de Sillegny
Contemporaines de Michel Ange, les fresques de l’église de Sillegny lui ont donné le surnom de chapelle Sixtine lorraine (Crédits photo : Paul SCHAACK pour le Groupe BLE Lorraine)

La plus grande et la plus remarquable fresque de l’église de Sillegny a été peinte sur le mur au-dessus de l’entrée. D’une superficie de 42 mètres carrés, elle représente le Jugement dernier tel qu’il est décrit dans l’Evangile selon Saint Mathieu. A la droite du Jugement dernier, sur la tour d’escalier menant au clocher, se trouve une fresque de cinq mètres de haut de Saint Christophe. Les dimensions de celle-ci témoignent ainsi de l’importance que revêtait le protecteur des voyageurs pour les peintres itinérants de l’époque. La scène montre le saint traversant une rivière en portant l’enfant Jésus sur son épaule. On peut y déceler de nombreux symboles et allégories. Le lit de la rivière est par exemple parsemé de cailloux et de rochers, rendant sa traversée difficile, comme peut l’être la vie aussi. De la même manière, une sirène, symbole de la luxure, préfère se contempler dans un miroir plutôt que d’apporter son aide.

Saint Christophe
Fresque monumentale de Saint Christophe (Crédits photo : Paul SCHAACK pour le Groupe BLE Lorraine)

En s’approchant du chœur de l’église on peut observer une autre fresque impressionnante. Il s’agit de l’Arbre de Jessé. Mesurant sept mètres de haut pour 3,60 mètres de large, elle représente quant à elle la généalogie de Jésus selon le prophète Isaïe. Les quatre évangélistes ont été peints sur la voute centrale du transept, tandis que Saint Césaire, saint patron des empereurs romains, figure dans le presbytère.

Arbre de Jessé
L’Arbre de Jessé (Crédits photo : Paul SCHAACK pour le Groupe BLE Lorraine)

Il faut bien avoir conscience que ce trésor de la Renaissance a traversé les siècles par miracle. L’église de Sillegny échappa d’abord à la destruction en 1635 lorsque les hordes de Suédois ravagèrent la Lorraine durant la Guerre de Trente Ans. Passées de mode et certainement pour revenir à la sobriété dans les décors des édifices religieux, les fresques furent ensuite recouvertes d’un badigeon blanc, sans doute vers la fin du XVIIIème siècle, voire au début du XIXème siècle. Par cette action, elles furent ainsi protégées des effets du temps, avant d’être redécouvertes en 1845 par l’abbé Schnabel, curé de la paroisse de 1840 à 1891, lors d’une opération de grattage de l’abside. Une première restauration fut alors entreprise pendant vingt ans par le peintre messin Charles-André Malardot. A noter que toujours au XIXème siècle, les anciennes verrières du chœur furent remplacées par des œuvres de Laurent-Charles Maréchal, élève messin d’Eugène Delacroix. Enfin, bien que le village de Sillegny fût détruit à 95 % par les combats entre les Américains et les Allemands pour la libération de la Lorraine, l’église et ses fresques échappèrent miraculeusement aux bombardements. Pour le plus grand plaisir de nos yeux aujourd’hui.

évangélistes
Fresques des quatre évangélistes peintes sur la voûte centrale de l’église de Sillegny (Crédits photo : Paul SCHAACK pour le Groupe BLE Lorraine)

S'identifier

Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte? Enregistrez-vous

Mot de passe oublié ?

Entrez vos données de compte et nous vous enverrons un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

S'identifier

Privacy Policy

Pour utiliser le login social, vous devez accepter le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Avant de partir . . .

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité lorraine directement dans votre boîte mail !

Ne vous inquiétez pas, nous ne spammons pas !

Close
Close