in ,

L’Equerre d’argent d’architecture pour un centre de soins de Metz

Décernée par un jury de professionnels et remis par le magazine Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, L’Equerre d’argent, comparable à un Goncourt de l’architecture, a dernièrement été attribuée au cabinet Richter & Associés pour la réalisation d’un centre de consultations et de soins situé 2, Rue Paul Langevin à Metz-Queuleu.

Le bâtiment sobre, brut et robuste de 2 200 mètres carrés de surface de plancher est en réalité une antenne délocalisée du Centre Hospitalier Spécialisé (CHS) de Jury, près de Metz. Ouverte en 2017, la structure a représenté un investissement de 8,5 millions d’euros. Dessinée pour apaiser et soulager les patients grâce à un agencement intérieur très doux et une coque protectrice préservant l’intimité et s’ouvrant sur des patios, elle rassemble désormais sur un même lieu quatre entités du CHS qui étaient autrefois disséminées dans Metz, comme par exemple le centre médico-psychologique pour enfants Winnicott et le centre médico-psychologique pour adultes.

Les architectes ont imaginé le bâtiment comme une chrysalide, dans laquelle peuvent s’opérer des métamorphoses loin de l’agitation du monde. L’idée était de répondre aux attentes et aux protocoles de soins du CHS en tenant compte des besoins des patients. L’architecture du bâtiment devait le rendre rassurant et protecteur aux yeux d’un public fragile. C’est la raison pour laquelle des matériaux simples et patinés ont été utilisés, tels que le bois, le béton et l’acier. La structure a été enveloppée dans une membrane de béton vieillie prématurément par l’artiste parisien Grégoire Hespel, afin de renforcer l’ancrage du bâtiment dans la ville.

Créée en 1960 par le magazine professionnelle L’Architecture française, L’Equerre d’argent est l’un des prix les plus prestigieux de l’architecture française. Vecteur de visibilité à l’international aussi bien pour le bâtiment que pour la ville qui l’abrite, elle est venue consacrer la réflexion des architectes sur la fonction et la perception du bâtiment. Avec ce prix, Metz entre donc définitivement dans l’histoire de l’architecture contemporaine après le Centre Pompidou-Metz et avant l’Hôtel Starck.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restauration de la Tour Saint-Nicolas de Fleury

Un nouveau site logistique pour France Boissons à Flévy