in ,

Pollution chimique de 1914-1918 dans le Nord meusien

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, plus rien ne pousse encore aujourd’hui dans une clairière de la Forêt domaniale de Spincourt, près de Muzeray, paisible village de 130 habitants situé dans le Nord lorrain à une trentaine de kilomètres de Verdun. Appelée « la Place à Gaz », celle-ci est mise sous séquestre depuis trois ans. Il faut dire que le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) y a redécouvert fin 2014 un site d’élimination de munitions chimiques et d’obus à croix bleue remontant à la Grande Guerre.

Plus de 1,5 million d’obus chimiques et 30 000 obus explosifs ont en effet été détruits près de Spincourt entre 1920 et 1926 par la société Clere & Schwander sur les bancs des communes de Muzeray, Loison et Vaudoncourt. Dans ce secteur, le BRGM a constaté des pollutions sévères des sols dans des parcelles cultivées par des agriculteurs depuis des décennies. Les mesures réalisées ont révélé la présence de métaux lourds comme du plomb, de l’arsenic et du zinc, ainsi que des résidus toxiques et d’explosifs. Ce diagnostic initial avait entraîné la mise sous séquestre immédiate de 101 hectares de terres potentiellement souillées par mesure de précaution. Les récoltes des sept exploitations agricoles concernées avaient également été détruites, tout comme le lait produit sur ces terres. Le périmètre avait par la suite été réduit à douze hectares et trois exploitations dans l’attente de plus amples analyses destinées à évaluer le niveau de pollution en profondeur. Les terres impactées seront rendues à l’agriculture ou définitivement gelées selon les résultats.

A noter enfin que les anciens du secteur se souviennent encore d’une usine de destruction d’obus dans les environs de Spincourt. Le problème, c’est que personne ne sait si cette pollution a fait des victimes depuis cent ans. Toujours est-il qu’aucun problème sanitaire n’a été signalé suite à l’activité de la société Clere & Schwander. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y en a pas eu.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ballottines de volaille aux Mirabelles de Lorraine et au Munster

Un schéma éolien pour éviter les dérives au Bitcherland