in ,

40 millions d’euros d’investissements pour limiter les risques de l’usine Inéos à Sarralbe

Afin de limiter les risques de l’usine chimique Inéos de Sarralbe, 40 millions d’euros seront investis dans les prochaines années dans le cadre du Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT).

Cette réglementation a été édictée suite à la catastrophe AZF de Toulouse en 2001. Elle concerne toutes les usines dites à risques. Le complexe Inéos de Sarralbe, qui a longtemps appartenu à Solvay, a été créé à la fin du XIXème siècle. 250 000 tonnes de granulés de plastique y sont produites chaque année pour fabriquer des conduites d’eau et de gaz, des bouteilles de lait et des pièces automobiles. Le principal risque du site provient du stockage des matières dangereuses. L’application du PPRT prévoit la destruction de dix maisons à proximité de l’usine situées à Sarralbe et à Willerwald.

Au total, 36 millions d’euros seront investis pour effectuer des aménagements sur le site industriel et quatre autres millions pour les expropriations foncières et renforcer le vitrage de 250 maisons des environs. A l’issue de l’enquête publique qui devrait démarrer en 2017, Inéos aura cinq ans pour réaliser les travaux dans son usine où 220 personnes sont employées. Les travaux aux alentours s’étaleront quant à eux jusqu’en 2023.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Qu'est ce que vous en pensez ?

Un Commentaire

Répondre
  1. Il existe plusieurs périmètres de sécurité autour de l’usine Inéos. Les maisons situées en zones rouge et jaune, soit trois à Willerwald et sept à Sarralbe, seront détruites. 45 maisons situées en zone bleue devront subir d’importants travaux de consolidation et de changement de vitrage. En zone verte, des aménagements plus légers, avant tout portés sur le vitrage, concerneront 220 maisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Premier titre pour Lucas Pouille au Moselle Open

Un Stanislas royal et jardinier pour le Jardin éphémère de Nancy 2016