Menu
in , ,

Mon carnet de voyage à Schengen en Moselle sans frontière

Moselle

La Moselle vue de Schengen vers la Lorraine, le vignoble et le Stromberg (Crédits photo : Centre Européen de Schengen)

Le bateau historique qui a accueilli la signature des célèbres Accords de Schengen fera son grand retour d’ici quelques années sur la Moselle, à Schengen, dans ce berceau de la coopération transfrontalière.

Le petit village viticole de Schengen, sur la Moselle luxembourgeoise, au cœur du Pays des trois frontières et tripoint de la France avec Apach et Sierck-les-Bains en Lorraine, de l’Allemagne avec Perl en Sarre, et donc du Luxembourg, accueillera bientôt le bateau historique des Accords de Schengen. Celui-ci viendra compléter l’offre documentaire et multimédia du Musée Européen de Schengen déjà existant et librement accessible à tous.

Août 2021, soit 36 ans après la signature du premier Accord, à Schengen sur la Moselle luxembourgeoise à bord du MS Bateau Princesse Marie-Astrid, une délégation luxembourgeoise menée par le Ministre des Classes Moyennes et du Tourisme Lex Delles et le Bourgmestre de Schengen Michel Gloden, a officialisé, à Regensburg en Bavière, l’acte de rachat de ce bateau historique, sur lequel ont été signés les deux fameux accords de Schengen le 14 juin 1985 puis en juin 1990. Rappelons que ces derniers ont permis de supprimer graduellement les contrôles aux frontières des pays signataires et d’organiser la libre circulation des hommes au sein d’un espace sans frontière qui allait devenir l’Espace Schengen.

Avec Michel Gloden, Bourgmestre de Schengen, devant le MS Princesse Marie-Astrid lors d’une courte halte à Schengen (Crédits photo : Audric ODRIAN pour le Groupe BLE Lorraine)

Si l’évènement a fait de Schengen le petit village viticole luxembourgeois le plus connu d’Europe, qui est passé de 500 âmes à l’époque de la signature à 5 000 habitants aujourd’hui avec les communes fusionnées, il n’en reste pas moins qu’une majorité d’entre nous, originaire de la Grande Région ou d’ailleurs, peine encore à situer Schengen au Luxembourg ou à imaginer même que les accords éponymes portent tout simplement le nom du village luxembourgeois qui les a vus naître. « Le petit village viticole de Schengen a été choisi par le Grand-Duché car à l’époque il présidait à l’entité économique du « Benelux » (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), initiateur de la proposition à la France et à l’Allemagne », précise Martina Kneip, Directrice du Musée Européen et de l’Office de Tourisme de Schengen, native de Fribourg en Allemagne, à l’occasion d’une visite guidée. Pourquoi ce choix d’un bateau accosté sur la Moselle à Schengen ? Tout simplement parce que le Luxembourg et Schengen se situent au cœur des premiers pays signataires des accords, au tripoint France-Allemagne-Luxembourg, là où les eaux de la Moselle allemande (à Perl), française (à Apach) et luxembourgeoise (à Schengen) se rejoignent et coulent vers le Rhin, avec lequel elle conflue à Coblence en Rhénanie-Palatinat, le fleuve européen traversant les Pays-Bas avant de se jeter dans la Mer du Nord. « Une balise blanche symbolisant le tripoint France-Allemagne-Luxembourg sur la Moselle est d’ailleurs visible aux abords du bateau-ponton en béton abritant l’Office de Tourisme de Schengen », ajoute la Directrice de l’Office de Tourisme et du Musée Européen de Schengen. « Le retour du bateau MS Princesse Marie-Astrid est une grande opportunité pour la commune de Schengen. Nous sommes particulièrement fiers que le bateau, sur lequel a été signé l’Accord de Schengen et qui promeut les valeurs européennes, revienne à Schengen, symbole du berceau de l’Europe sans frontière », se réjouit Michel Gloden, le Bourgmestre de Schengen. « A l’époque, personne n’a réellement mesuré la portée de la signature des accords », précise-t-il encore. « Nous ne disposons d’ailleurs que de très peu de photos ou d’images d’époque car la presse était peu représentée », ajoute Martina Kneip. Si bien que le bateau historique avait été vendu à Regensburg en Allemagne, où il naviguait depuis sur le Danube sous le nom « MS Regensburg » en tant que navire d’excursions. La commune de Schengen prévoit à terme l’aménagement d’un nouveau quai à côté de celui qui accueille la cinquième génération du bateau MS Princesse Marie Astrid invitant à la découverte de la Moselle luxembourgeoise jusqu’à Trèves en Allemagne et ponctuellement jusqu’à Sierck-les-Bains ou Thionville en Lorraine. La cinquième génération du bateau de plaisance a été inaugurée en 2010 et baptisée par Son Altesse Impériale et Royale (S.A.I.R.) l’Archiduchesse Marie-Astrid, sœur aînée de S.A.R. le Grand-Duc Henri.

Le Ministre des Classes Moyennes et du Tourisme, Lex Delles, a de son côté déclaré que « la promotion du tourisme de mémoire fait partie des priorités gouvernementales. Un des projets phares dans ce domaine sera la revalorisation de l’ancien bateau MS Princesse Marie-Astrid. La transformation du navire en lieu de rencontres et la valorisation du rôle du Grand-Duché dans le processus de l’intégration européenne offrent une excellente opportunité pour le tourisme de mémoire. L’acquisition officielle de l’ancien bateau MS Princesse Marie Astrid constitue une première étape importante dans ce contexte ». Le bateau sera maintenu en état de navigation et accosté à Schengen, à proximité du Musée Européen de Schengen. A l’occasion de manifestations spéciales, le navire pourra parcourir l’Europe. Il complétera ainsi l’offre touristique du musée et fera de Schengen un lieu à haute valeur touristique et culturelle dédié à l’idée de l’Europe unifiée ». L’achèvement de ce projet, dont le coût s’élève à 5,81 millions d’euros, est prévu au courant de l’année 2025. Et le Ministre du Tourisme Lex Delles de préciser à l’occasion d’un entretien à Schengen : « Schengen, c’est la porte d’entrée du Luxembourg en venant de France par Apach et d’Allemagne par Perl. Voyez ce paysage unique sur les trois pays frontaliers et leurs vignobles à partir de la Place des Etoiles : ils invitent à la découverte du Luxembourg et de la Moselle luxembourgeoise bien sûr mais également des régions frontalières qui l’entourent car le Luxembourg est petit et naturellement très ouvert sur les pays voisins et ses frontières ». Les Français, les Luxembourgeois et les Allemands constituent en effet les nationalités les plus représentées parmi les visiteurs au regard du nombre des cadenas accrochés au portique en acier « un cadenas pour Schengen » (en francique luxembourgeois « E Schlass fir Schengen ») qui accueille les cadenas accrochés par les visiteurs en signe d’appartenance à une même communauté. « Même si nous comptabilisons et pointons 40 000 visiteurs en moyenne chaque année, nous estimons le nombre total de visiteurs de passage sur l’incontournable Place des Etoiles, à environ 100 000. La Place des Etoiles est celle avec les 27 drapeaux, les trois colonnes des nations, des parties du Mur de Berlin et une installation photographique illustrant l’histoire de l’Europe ainsi que les trois stèles en acier commémorant la signature des accords », précisent le Bourgmestre Michel Gloden et la Directrice du Musée Européen. « Avec douze communes voisines de la Moselle française, sarroise et luxembourgeoise en Pays des trois frontières, nous avons à cœur de renforcer ces liens qui nous unissent de fait. Nous avons décidé de créer un groupement européen d’intérêt économique pour faciliter la mise en œuvre de projets de coopération transfrontalière dans le domaine du tourisme que nous souhaitons appréhender davantage par l’immersion, les rencontres, des manifestations et une communication commune, et par le soutien aux échanges scolaires » continuent-ils. Et Remi Schwenck, Vice-président de la Communauté de Communes Bouzonvillois Trois Frontières en charge de l’agriculture et Maire de Rettel, commune frontalière sur la Moselle française, d’ajouter : « le retour du bateau Princesse Marie Astrid historique à Schengen constitue un événement hautement symbolique et un recentrage sur les valeurs qui nous lient, bien que mises à mal dans ce contexte sanitaire. Or au Pays des Trois Frontières, se rencontrer, aller travailler ou consommer de part et d’autre des frontières constituent notre mode de vie, notre culture et participent à notre joie de vivre. Si nos projets de manifestations ont été contrariés du fait de la crise, nous avons continué à nous rencontrer pour nourrir les projets à venir mais également par nécessité, solidarité et amitié transfrontalière ».

Devant le Musée Européen à Schengen. De gauche à droite : Audric et Véronique ODRIAN, Lex Delles, Ministre des Classes Moyennes et du Tourisme du Luxembourg, Michel Gloden, Bourgmestre de Schengen et Martina Kneip, Directrice du Musée Européen et de l’Office de Tourisme de Schengen (Crédits photo : Audric ODRIAN pour le Groupe BLE Lorraine)

La coopération transfrontalière ne s’impose en effet pas d’elle-même : elle se vit, elle se construit, au fil du temps, au fil des rencontres et des amitiés. Les initiatives durables qui l’animent participent davantage de la volonté des personnes de partager, d’échanger, d’apprendre et de grandir ensemble dans la convivialité que d’une institutionnalisation de celles-ci, bien que nécessaire. Au cœur du Pays des Trois Frontières, à Schengen, la réalité des relations transfrontalières, l’ouverture sur la culture, la langue du voisin et la volonté de coopérer en toute simplicité sont palpables. Sur la Place des Etoiles comme au bistrot « An der aller Schwemm (A l’ancienne piscine) », tenu par une française de Rustroff en Moselle, où se retrouvent habitués et visiteurs, vous entendrez le plus souvent parler luxembourgeois, français ou allemand, soit les trois langues officielles du Luxembourg ponctuées par des « Moien » (bonjour en luxembourgeois) ou des « äddi » (au revoir en luxembourgeois). A Schengen, souffle l’esprit d’une Europe des cultures sans frontière et l’esprit transfrontalier. Une expérience unique, une expérience à vivre et « à préserver », dixit Remi Schwenck, Maire de Rettel et Michel Gloden, Bourgmestre de Schengen.

A noter enfin que le Musée Européen est ouvert sept jours sur sept de 10 h à 18 h et propose des animations spécifiques pour les scolaires. L’entrée est gratuite pour tous. Le ponton et l’Office de Tourisme sont également ouverts tous les jours de 10 h à 18 h (fermeture à 17 h de novembre à mars).

Pour d’infos sur :   www.visitschengen.lu | www.entente-moselle.lu

Rédigé par Véronique ODRIAN

Ancienne co-animatrice de l’émission « Pays de si de la » sur France 3 Lorraine-Champagne-Ardenne, ancienne Directrice de la Maison du Luxembourg, Rédactrice en chef du supplément de presse bilingue transfrontalier « Moselle sans frontières / Mosel ohne Grenzen » et Présidente fondatrice de l’association luxembourgeoise « Moselle sans frontières.asbl » pour le Groupe BLE Lorraine.

Répondre

Quitter la version mobile