Menu
in

Chasse aux sorcières et procès en sorcellerie en Lorraine

sorcellerie

La Lorraine du XVIème siècle a connu d’innombrables procès en sorcellerie. Partout dans le Duché, des bûchers sont allumés, particulièrement dans le Saulnois.

Terreur des campagnes lorraines, Nicolas Rémy, Procureur général du Duché de Lorraine, s’est livré à une véritable chasse aux sorcières, afin de répandre « la lumière et la vérité » comme il affirme dans son ouvrage intitulé La Démonolâtrie, qui traite de la nature des démons, de leurs serviteurs et de plusieurs affaires qu’il a eues à juger. Conférant au fanatisme, il a fait condamner au bûcher pour satanisme près de 900 personnes en Lorraine en 1577 et 1592.

Portrait de Nicolas Rémy, Procureur général du Duché de Lorraine (Crédits image : Serge Bureau)

Accusées de se rendre aux sabbats en chevauchant une quenouille ou une tige de roseau pour danser autour du démon ou à quelques autres réunions de sorcières, mais aussi pour avoir prononcé une formule maléfique ou encore pour avoir jeté des sorts, la majorité des personnes trainées devant les tribunaux étaient des femmes. Dans la plupart des cas, tout cela ne reposait sur aucun fait tangible. Mais ces affaires permettaient de se venger, d’assouvir sa jalousie ou de trouver un bouc-émissaire pour expliquer l’émergence de maladies, de rats ou d’une mauvaise récole. Tout était prétexte pour faire porter le chapeau à un ennemi ou un rival et expliquer les petits et les grands malheurs du quotidien.

Exemplaire de La Démonolâtrie, ouvrage de Nicolas Rémy sur la nature des démons (Crédits photo : Drouot)

Torturées et soumises à d’atroces souffrances, les personnes accusées de sorcellerie finissaient par avouer tout et n’importe quoi pour mettre fin à leur supplice. Si jamais elles parvenaient à tenir bon, c’était alors la « preuve qu’elles étaient possédaient au-delà-même de leur conscience », selon Nicolas Rémy. Dans tous les cas, l’issue était fatale. Seules les flammes du bûcher pouvaient absoudre les malheureuses qui niaient être possédées.

La chasse aux sorcières et les procès en sorcellerie se poursuivirent en Lorraine le siècle suivant. Rien que dans le Saulnois, des dizaines de femmes accusées de sorcellerie furent brûlées vives au XVIIème siècle.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Répondre

Quitter la version mobile