Menu
in ,

Des louvetiers du Maréchal Berthier en Lorraine

loups Sainte-Croix

Loups au Parc animalier de Sainte-Croix en Moselle (Crédits photo : Thomas RIBOULET pour le Groupe BLE Lorraine)

Le très beau diplôme, présenté ci-dessous et conservé aux Archives Départementales de la Moselle, nous cite un des noms les plus illustres de l’épopée napoléonienne : Berthier !

Brevet de louveterie adressé au sieur Borsberg remis par le Maréchal d’Empire Berthier (Crédits photo : Kévin GOEURIOT pour le Groupe BLE Lorraine)

Comme on peut le lire sous l’aigle frappé en tête du document, Berthier, Alexandre de son prénom, a occupé de nombreux postes dans l’administration impériale. Ce Maréchal d’Empire était en effet Grand Veneur de la couronne, Grand-cordon de la Légion d’Honneur, Commandant de la première cohorte et Ministre de la Guerre. Par ce diplôme, ce guerrier exceptionnel confère à un certain sieur Borsberg, son brevet de louveterie. C’est à dire que cet homme, demeurant alors dans le département de la Sarre, aura à charge d’éradiquer les loups qui foisonnent encore dans les sombres forêts du Warndt.

Car les hivers sont rigoureux, à l’époque. Et les loups n’hésitent pas à sortir du bois, quand ils commencent à avoir faim. Ils suscitent la crainte et l’angoisse de toute une population. On les chasse donc. On organise des battues et les louvetiers deviennent des agents d’Etat aussi utiles que ne le seront, quelques décennies plus tard, les instituteurs, ces fameux hussards noirs de la République. Eradiquer le loup : une question de salut public. Et cela, pour de longues années. On estime en effet qu’avant sa réintroduction, le dernier loup avait été tué en Lozère, en 1951. En Lorraine, les derniers loups disparaissent dans l’entre-deux guerres.

Aujourd’hui, il est de nouveau présent sur le territoire, suscitant des débats souvent houleux. Je serai curieux d’entendre le Maréchal Berthier, à ce sujet.

Rédigé par Kévin GOEURIOT

Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Répondre

Quitter la version mobile