Menu
in

L’Aéroport d’Epinal-Mirecourt va devenir un pélicandrome

pélicandrome

Un Dash 8 de la Sécurité Civile française (Crédits photo : Friday83260)

L’Aéroport d’Epinal-Mirecourt, situé dans la Plaine des Vosges, deviendra d’ici l’été le pélicandrome de la Zone Est, afin de prévenir et de combattre les feux de forêts. Il faut dire que le changement climatique, marqué par les épisodes de sécheresse successifs ou encore par les attaques de scolytes, accentue les risques d’incendie qui ne concernent plus uniquement le Sud de la France.

Très concrètement, un pélicandrome est une base de ravitaillement en eau ou en produit retardant pour les avions bombardiers d’eau de la sécurité civile française. L’infrastructure tire son nom de « Pélican », nom plus officiel des appareils de lutte contre les incendies développés par la société canadienne Canadair. Il existe actuellement 22 pélicandromes en France, dont 17 permanents, principalement dans le Sud-Est du pays et le long de l’arc méditerranéen. L’Aéroport d’Epinal-Mirecourt deviendra prochainement le site référent pour la Zone Est qui recouvre 18 départements des régions de l’Est et les frontières de l’Allemagne, de la Belgique, du Luxembourg et de la Suisse. Le site servira ainsi de base de ravitaillement et d’intervention pour les avions bombardiers d’eau Dash 8.

La sécurité civile française dispose d’une flotte de cinq Dash 8, tous basés à Nîmes. Une heure dix de vol suffit à ces appareils pour rejoindre l’Aéroport d’Epinal-Mirecourt. Un Dash 8 peut emporter avec lui 10 000 litres d’eau ou de produit retardant à chaque rotation. Le remplissage des cuves se fait en à peine six minutes au sol. Une cuve d’une capacité de 10 000 litres sera prochainement installée sur l’aéroport vosgien, moyennant un investissement de 20 000 euros. Des équipements permettant de faire le plein de carburant rapidement seront également aménagés, tout comme une salle de communication et d’alerte. Des logements doivent également être prévus sur place pour les équipages et les mécaniciens.

La création de ce pélicandrome de la Zone Est permet à l’Aéroport d’Epinal-Mirecourt de se diversifier et d’assurer sa pérennité, avant certainement l’installation d’un centre de démantèlement d’avions en fin de vie prévue en 2022.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Répondre

Exit mobile version