Menu
in ,

La légende de Godefroy de Bouillon et des Alérions lorrains

Godefroy

Statue de Godefroy de Bouillon (Crédits photo : Er&Red)

Les armes de Lorraine se blasonnent ainsi : d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent. Mais sait-on seulement d’où nous vient ce bel écu ?

D’après une vieille légende, ce blason aurait été choisi par les Ducs de Lorraine après que Godefroy de Bouillon, Duc de Basse Lotharingie comme on disait alors, ait accompli un petit miracle. Nous sommes à la toute fin du XIème siècle. Le Pape Urbain II vient d’exhorter les chevaliers de toute la Chrétienté à prendre les armes pour libérer le Saint Sépulcre, ce tombeau du Christ que les pèlerins ne peuvent plus visiter depuis que la région est passée sous le contrôle des Sarrazins. En homme pieux et valeureux, Godefroy de Bouillon part vers la Terre Sainte avec plusieurs milliers de chevaliers. A l’été 1099, Jérusalem est libérée. Mais voilà, les soldats se disputent désormais la couronne royale. Qui doit devenir Roi de Jérusalem ?

Godefroy de Bouillon avec les armes de Lorraine, enluminure de la fin du XIIIème siècle, Bibliothèque Municipale de Boulogne-sur-Mer

C’est alors que Godefroy, désireux d’informer le pape de la victoire chrétienne, chercha l’encre et la plume nécessaires pour écrire sur le parchemin qu’on venait de lui préparer. Il banda son arc et vint à abattre, d’une seule et même flèche, trois petits aiglons blancs, sans becs ni griffes et qu’on connaissait dans la région sous le nom d’alérions. Il trempa l’une des plumes dans le sang de ces volatiles et écrivit au pape. Mais à peine avait-il finit de rédiger la pontificale missive que les chevaliers vinrent le trouver pour lui proposer de devenir Roi de Jérusalem. « Mes seigneurs, répondit le noble Duc, je ne peux ceindre une couronne d’or là où le Christ dut porter une couronne d’épines ». Ainsi, c’est son frère, Baudouin, qui devint le premier Roi de Jérusalem. Ceinte ensuite par les Comtes de Montferrat, les Maisons de Lusignan et d’Anjou, la couronne royale de Jérusalem finira par revenir aux Ducs de Lorraine qui, en mémoire du prodigieux miracle, choisirent d’arborer, dans leurs blasons, une bande rouge chargée de trois alérions d’argent.

Rédigé par Kévin GOEURIOT

Historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Répondre

Exit mobile version