Menu
in ,

Essilor fusionne avec Luxottica

La fusion entre Essilor, leader mondial du verre ophtalmique implanté depuis 1867 en Meuse, et le groupe italien Luxottica, leader mondial des montures, a dernièrement été entérinée. L’ensemble a donné naissance à un géant économique baptisé Essilor-Luxottica qui pèse plus de 46 milliards d’euros de capitalisation boursière.

Le nouveau groupe international a son siège à Charenton-le-Pont, près de Paris, et emploie près de 140 000 personnes, dont 61 000 issues des rangs d’Essilor. Il devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ quinze milliards d’euros en 2017.

Essilor a été créé en 1849. L’entreprise s’appelait alors Association fraternelle des ouvriers lunetiers avant de rapidement devenir Société des Lunetiers, puis Essel en 1962 et enfin Essilor en 1972. Elle fit l’acquisition en 1867 de l’usine des Battants située à Ligny-en-Barrois, près de Bar-le-Duc. Depuis, Essilor compte près de 300 salariés en Meuse et a fait de son usine historique un site ultra-moderne tourné vers l’innovation, où travaille 91 personnes. Appelé Special Lenses Laboratory, celui-ci est spécialisé dans la conception des verres progressifs minéraux. C’est dans ce laboratoire que sont aussi fabriqués des verres de prescription hors norme, notamment pour l’amétropie, trouble visuel qui touche environ 60 000 patients en France. Le reste des effectifs lorrains est employé à l’usine de La Compasserie, également située à Ligny-en-Barrois, qui est quant à elle spécialisé dans la production de machines d’ophtalmologie personnalisables destinées aux professionnels.

Partie de Meuse, la société a commencé à conquérir le monde en 1953 grâce à l’invention du verre progressif Varilux de Bernard Meintenaz. Entré en bourse en 1975, Essilor est désormais côté au CAC 40 depuis 2005.

Rédigé par Thomas RIBOULET

Président-fondateur du Groupe BLE Lorraine et Rédacteur en Chef de BLE Lorraine.

Répondre

Exit mobile version