970×90

Ces héros oubliés de Lorraine

Ces héros oubliés de Lorraine
Crédits Photo : du temps de la Lorraine d'antan (Gaston THIEL pour le Groupe BLE Lorraine)

Dès les premières lueurs de l’aube quand les coqs se perchaient en haut des fumiers dans nos villages lorrains, eux, les héros s’arrachaient de leur sommeil. Avant même de boire leur bol de café fumant, ils allaient dans la fraîcheur matinale chercher du bois dans la remise, afin d’allumer le feu dans la cuisinière qui se trouvait généralement dans la salle commune qui servait de salon, de salle à manger et de cuisine.

A cette époque, il n’y avait ni gaz, ni électricité ou autre commodité qu’on connait de nos jours et même les WC se trouvaient en dehors de la maison. Il fallait se débrouiller avec ce qu’offrait la nature. Bien entendu, dans les forêts environnantes, il y avait du bois autant qu’on pouvait en rentrer pour les mauvais jours.

Les Mosellans étaient plus privilégiés car il y avait des mines de charbon entre autres industries. De nombreuses personnes de l’Est mosellan ont travaillé dans ces mines. Elles bénéficiaient d’un double emploi en quelque sorte car comme les ouvriers faisaient les 3-8, cela leur laissait du temps libre pour travailler également dans les champs.

Avant que le Soleil soit haut dans le ciel et que les bêtes aient eu leur ration de fourrage, ces héros ordinaires se hâtaient d’aller couper le regain avant qu’il ne pleuve ou alors en été quand la saison des blés battait son plein. Il fallait également partir de bon matin pour rester dans les normes et couper à la faux un Morien qui correspondait à la surface qu’on était capable de faucher avant que le Soleil ne darde de ses rayons brûlants le dos en sueur des hommes.

Et han ! En hiver, ils fendaient du bois avec un  grand cri sourd qui accompagnait une expiration profonde fournissant un effort violent. Et c’est également avant la morte saison qu’on allait répandre le fumier dans les champs pour les enrichir avant de les labourer. Ces fumiers qui se trouvaient généralement devant les travées qui abritaient le bétail servaient également de mesure pour juger de la richesse des familles. En effet, plus haut était le tas de fumier devant la porte, plus on possédait de têtes de bétail. La richesse d’une famille dépendait de l’importance du cheptel qu’on était en mesure de nourrir pendant les longs mois d’hiver.

En ce temps-là, on ne parlait pas de quotas et encore moins de subventions et la terre était nourrie avec amour avec du fumier naturel qui alimentait les micro-organismes qui se trouvaient dans le sol et les vers de terres et autres lombrics étaient nombreux, alors qu’aujourd’hui les terres cultivées sont dépourvues de vie. A cette époque glorieuse, il y avait de nombreux lièvres, lapins de garenne, cailles, perdreaux, faisans, etc. Aujourd’hui, la plupart de ce gibier a disparu à cause des pesticides, herbicides et autres fongicides. Même la Seconde Guerre mondiale n’était pas arrivée à détruire cette faune qui est depuis en forte régression et qui a parfois totalement disparu à certains endroits.

Pourtant, il y a 75 ans, en automne 1944, les cultivateurs et autres ouvriers avaient besoin d’un permis de circuler et ne pouvaient pas se rendre ou cela leur plaisait. Ce permis était obligatoirement associé à une pièce d’identité qu’on devait toujours porter sur soi. Ce document était établi par le parti allemand du travail et comportait un cachet de la croix gammée surmontée d’un aigle aux ailes déployées. Moins de six mois plus tard, soit le 10 mars 1945, on était muni d’une autorisation pour cultivateurs et autres travailleurs. Et cette fois, cette autorisation n’était valable que pour un périmètre de trois kilomètres autour de son habitation et pour une durée de deux mois. Elle était délivrée cette fois-ci par les autorités américaines et interdisait tout attelage et voitures sur les routes réservées au trafic militaire.

Heureusement cette triste période de surveillance accrue se termina avec la fin de cette affreuse guerre et bientôt les villages lorrains reprirent leur sérénité.

Etant né après-guerre, je n’oublierai jamais ces saucisses et ces jambons fumés au bois de hêtre, dont seuls ces gens de la terre avaient le secret. Et que dire de ce lait crémeux et encore tiède tiré tout juste du pis de la vache qu’on allait chercher tous les soirs chez les paysans. Ces éleveurs, cultivateurs, mais surtout gentlemans farmers avaient sous leurs manières parfois rudes un cœur d’or et si leur mains étaient souvent maculées de terre, n’oublions pas que ces pecnots, comme certains les appelaient, nous ont réservé une vie saine. Ils méritent qu’on les élève sur un piédestal car par leur travail ils produisaient de véritables trésors et ils étaient le plus souvent secondés par leurs femmes qui leur rendaient la vie un peu moins dure et qui travaillaient également d’arrache-pied dans les champs.

***

Di Helden vo ma fogais hat

Schon am fréin morien van da Honnen ganz auven auf da Mecht sich geschtraikt hat én auousen lotringa Dairfa, di Helden bén schon aous de baita geschprung auoun foar dén heissen café ze drinken, sén ze schon én den fréien Morien Holz én de Schouppen fo eut Fia anzefaiguen én den Oven der én dem familien Séma gueschtan hat. Dat Séma hat so gout als Wohnséma, Esséma auoun Kichen gedéint.

Sauou déa Seit voa kén Gas, Elektrich oder annan Konfort  vo man haut kaint auoun sogar dat Scheisshaus voa draoussen. Do hat man sich michten gefailen lossen vat de Natour èmen geschenkt hat. Naturlich én den Vailda voa so fil Holz vi man hat kinnen ént Hauous briguen fo di schlaichten Saïten.

Di Laït aous da Mausel voaren bessa dron mét de Kolengrauouven auount annan Verka auount fil Laït vo én dén Grauouven gueschaft han di hoden svaï Berauoufa auount vaïl ze of Draï Schichten geschaft han dan hoden ze fil Fraïseit fo én de Schtéka ze schaffen.

Foa de Zonn oven ém Himmel voa auoun dat Féi iren Fauouda greït hat, bén ze schon schnaill eut Grauoumet maihen gang foa dat es rént oda ém Zouma vo di Seit komm és fo de Vais abzedauoun, hat ma michten am fréien Morien vaik géhen fo én dem Rammen ze bleiven auount mét da Zaints èn Morien ze Schneiden. Dat voa de Flaich vo ma hat kinnen schnaiden foa de Zon mét zaïnen heissen Schtrâhlen de Bokeln fon de Leit vo so geschvétzt han fobraint.

Auoun Han ! ém Vénta, han ze Holz geschpalt mét eum grossen Tauba Ton vo  eun heftiga Ausatmoung féroursacht hat. Em vénta foa di schlèchten Saïten és man én Felt de Mécht fodailen gang fo dat Failt se éraïchan foa dat ma an de Blauour geht. Di Méchta vo ma am maichten foa an déa Schtaldia fént hat man ach nach môs gehaul fo ze schaitzen vi raïch di Famillien zén. Natirlich, ié mé mécht foran da Dia voa, mé Féi voren ém Schtal. Di Reichhett fén ainer Famil hat dran gehang vifil  Déan ès ma ém harten Vénta hat kinnen anairen

En déa Seit hat ma nét fain Mélichquoten geschwaizt auount noch véniga fain Soubventionnen. Da Boden és èraïchat méda gouda Mécht vo di Microrganismus auount de virma anairt hat.  En déa Seit hat ma noch fill Virma ém Boden faun ava heizetag fént man gakène Firma méa auoun da Grond és ohnè Léven. Sauou déa Seit hat ma noch Hasen, Kanaïncha, Felthéina, Fesanen aount ana Velde Déian gesin ava haout gesit man facht ganiks méa mét dém ganzen Pecht vo ma én de Stéka poulfat.

Auount troztdém foa 75 ioa ém Hervescht 1944, di Bauarn auoun anar arbeita han michten en extra Schaïn han fo ovet Felt ze gehen auoun ze han nét kinen hin gehen vo ze vélen. Déa Schaïn voa émma mét dém ausvaïs auoun hat ma éma michten ém zac beisich han. Déa Docoumaint voa fain dem daïtchen arbeits Partaï gemach auoun geschtaimpelt mét dem Hitlagreitz auount en Adler mit ausgetraikten Flitchen oven drof. Véniga zaiks Maint drof am 10. Mairtz 1945 han de Bauarn auount ana Handwerka michten en anan Airlaubnis han. Dies mol hat man en Erlaubnis gréit fo 3 km rondsrom  sein Haous ze géhen fo tzvaï Maint. Auoun voa fon de americaner ausgedailt auount hat fobaut alle Wain oder Auton of de Schtrossen vo noua fot militair réservirt voa.

Gotsaïdank di schlémen Saïten vo ma so hat michten ofpassen sén mét dém draourichen Greich fertich auount do han di Lotringa Dérfa nomol rauhich kinnen léven.

Veil ich ein paar ioar no em Gréïch von de Welt kom bén, fegaissen ich ni mols di Vourscht auoun den gouden Schïnken déi mét Bauourhen Holz gerâïcht voa vo noua di Leit fom Land dén Geheimnis hoden. Auount vatt soll ma san fen dèa goude Mélich noch fett auount en béssén varm voa vo man grât aous da Tét von da Kohou gessauh hat auount vo ma iéden ovent bei de Baoua sauourhen gang és. Déi vo Féi gesoucht han, di Bauern ava foa allem Gentlemans farmers di hoden éna irren harten auount raouhen Manieren en Herz aus Gold auount van irren Haint maichtens draikich vorren dairf ma nét fogaissen dat di Méchtbauern vi manchmol ma se genant hat, di han auhous en gesondes Léven gechainkt aount han méamols fédéïnt dat ma ze of en héihen Sokel schtailt vaïl ze auous richtihen Schatz geschainkt han auount zéi voren maichtens mét iren Fraleit  geholf déi aar iéden Dach eut Léven en béssén laïchta gemach han aouount jeden Dar én de Schtéka harte Eavet gemach han.

Gaston THIEL, amoureux des langues régionales de Lorraine, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !
Annonce pop-up