970×90

Nuit de Noël en Lorraine

Nuit de Noël en Lorraine

On le sait peu, mais les Lorrains d’autrefois accordaient une dimension presque magique à la nuit de Noël. La plupart d’entre eux croyaient par exemple que les arbres se mettaient à fleurir subitement pendant la messe de minuit. Une fable que jamais personne n’a osé vérifier car tous, évidemment, assistaient à la messe. Dans son Petit dictionnaire des traditions populaires messines, Westphalen nous rapporte justement l’histoire d’un laboureur qui voulut contrôler cette assertion populaire. Il se cacha donc dans son grenier et attendit que sonne la messe de minuit. La légende raconte qu’au moment du Te deum, les bêtes de son écurie se seraient mises à parler, déplorant notamment la prochaine mort de leur maître. Le pauvre laboureur serait mort trois jours plus tard. Une histoire qui finit mal, mais dont le but premier est d’inciter chacun à agir en bon chrétien (et à croire, aussi, au surnaturel).

En pays de vignoble, il n’était pas rare que le chef de famille remplisse un verre de vin à ras-bord juste avant d’aller à la messe de minuit. La coutume voulait que si, au retour de l’office, le verre avait débordé, les prochaines vendanges seraient exceptionnelles. Dans la Plaine de la Woëvre et sur le plateau, on prédisait le cours du blé en posant dans une tourtière douze grains de céréales censés représenter chacun un des douze mois de l’année. Placés sur le feu, les grains se mettaient à sautiller. Ceux qui partaient en avant annonçaient une prochaine hausse des cours. À l’inverse, ceux qui sautaient en arrière montraient les mois où le tarif du blé serait au plus bas. Nicolas Richard, de son côté, nous apprend que dans les Hautes-Vosges, la même prédiction se faisait avec douze oignons coupés et saupoudrés de sel. Si, au retour de la messe de minuit, le sel avait pénétré l’oignon, c’est que le mois qu’il incarnait serait humide. Si au contraire, le sel demeurait à l’état de cristal à la surface de l’oignon, c’est que ce mois serait très sec. Dans le même registre, les paysans lorrains avaient l’habitude d’observer le temps qu’il faisait entre Noël et l’Epiphanie. Pour eux, chacun des douze jours qui séparent ces deux fêtes incarnait chacun un des douze mois de l’année. Si le 26 décembre était pluvieux, c’est que février le serait aussi. Si le 28 était venteux, c’est qu’avril le serait aussi. Et ainsi de suite. Nos anciens avaient aussi de nombreux dictons au sujet de Noël. Ils disaient par exemple que « Noël humide donne greniers et tonneaux vides », ou qu’à Noël « les jours croissent du saut d’un veau ». Et puis bien sûr, ce vieux proverbe qui nous assure que lorsque Noël est passé au balcon, Pâques se fera auprès des tisons. Ou, comme on disait en patois : « E Nowé lé blawattes, è Pâques lé glaçons » (A Noël les moucherons, à Pâques les glaçons).

Extrait de L’Année lorraine – Une petite histoire des fêtes, coutumes et traditions populaires en Lorraine, de Kévin GOEURIOT, paru aux Editions des Paraiges.

Kévin GOEURIOT, Historien de la Lorraine et professeur d’histoire-géographie, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !