970×90

Sur le tournage du film de science-fiction 2029 à Hestroff

Sur le tournage du film de science-fiction 2029 à Hestroff
Crédits Photo : l'équipe présente pour le tournage de « 2029 » à Hestroff (Jean-Marie MATHE pour le Groupe BLE Lorraine)

Le troisième long-métrage de Jérôme Jacob, le réalisateur d’Hestroff, intitulé 2029, est un film de science-fiction post-apocalyptique. Quatorze mois ont été nécessaires pour répartir les quarante jours et nuits de tournage effectifs. Les dernières scènes tournées dans la forêt communale d’Hestroff viennent d’être mises en boîte.

Au cours des temps anciens, des habitants très évolués quittèrent la Terre pour trouver de nouvelles ressources. En 2029, ils reviennent sans avoir trouvé une planète prometteuse. Mécontents de découvrir ce que les hommes ont fait de la planète, ils décident de détruire l’espèce avec laquelle ils avaient longtemps cohabité. Cette force venue d’ailleurs répand un virus et 90 % de la population est décimée. A la recherche d’un antidote, des groupes, les « élus », vont tenter de résister et de survivre. Tel est le point de départ du troisième long-métrage de Jérôme Jacob, à mi-chemin entre science-fiction, fantastique et thriller. Début juin, l’équipe a tourné les dernières scènes d’action dans la forêt communale d’Hestroff : il aura fallu quatorze mois et quarante jours de tournage pour boucler ce projet à scénario participatif, réalisé sur fonds propres avec une équipe de bénévoles.

Le réalisateur Jérôme Jacob et son acteur principal, Jonathan Riggio (Crédits photo : Jean-Marie MATHE pour le Groupe BLE Lorraine)

Scénario participatif

Le réalisateur d’Hestroff a voulu être original : voici quatorze mois, un pilote, une sorte d’essai de 2029 a été diffusé sur internet pour tester le thème, les personnages, les pistes scénaristiques, les décors et les costumes. Des morceaux de cinq minutes pour que le public puisse suivre l’avancée du film. « Le concept participatif est très intéressant, avec 200 à 300 participants pour chaque épisode diffusé sur internet. Cela permet de nous appuyer sur l’avis des spectateurs pour faire évoluer le scénario et découvrir ce qui ne fonctionne pas », explique Jérôme Jacob. Ce quadragénaire, auteur, réalisateur, monteur et comédien, se définit comme un autodidacte du cinéma. Après deux longs métrages et cinq courts métrages, il se lance donc un nouveau défi.

Une matinée de tournage

Une fois de plus, Jérôme Jacob a choisi le Pays de Nied comme décor de son troisième film. En cette matinée d’été, une dizaine de personnes, comédiens et techniciens, ont rendez-vous dans la forêt communale d’Hestroff, pour le tournage de deux ou trois plans. Il s’agit de la capture des trois personnages principaux avec explosion. 9h30 : briefing avec instructions pour le tournage de la première scène avec drone et caméra à l’épaule. Jérôme la mime. Nina, la fille du réalisateur, joue Lisa, une « élue » avec Aria Nurdin, « Angie », et Jonathan Riggio, « Jeff ». Ce dernier a collaboré au scénario : c’est son deuxième film avec Jérôme. Suite à une explosion, un groupe de méchants mercenaires mené par « Joss » enlève Lisa. « 90 % de l’humanité a été détruite, seuls les élus, ceux qui ne tuent pas, restent. Dans 2029, l’humain cache du mauvais. Je veux montrer jusqu’où on peut aller pour survivre, une fois que tout est détruit. Les messages sont nombreux dans le film », explique Jérôme.

Les deux artificiers prodiguent des conseils de sécurité. Répétition de la scène, dernières recommandations du caméraman-réalisateur telles que « pas de regard caméra » ou « ne sur-jouez pas », tournage à blanc et enfin « action ». Une deuxième prise sera nécessaire au cours de laquelle Nina perd une dent, « accident » non prévu dans le scénario. Le plan d’une vingtaine de secondes est ensuite visionné, suivi d’une séance critique La matinée se terminera par la séquence de l’attaque des mercenaires avec fumigène, suivie de la pause casse-croûte.

Une équipe dévouée

Un film ne peut se faire seul. Jérôme s’est entouré d’une quarantaine d’acteurs et techniciens, des personnes motivées et passionnées qui se sont dévouées malgré des conditions éreintantes pendant quatorze mois avec froid, boue, pluie, nuit et neige. « Ce tournage a été une réelle aventure : nous avons vécu une expérience unique. La route est encore longue pour ce film qui durera entre 80 et 90 minutes. Nous avons encore huit mois de travail sur la post-production : montage, musiques, bruitages, effets spéciaux », conclut Jérôme Jacob.

Jean-Marie MATHE, passionné de médias et correspondant local, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

1 Commentaire

  1. Groupe BLE Lorraine

    Natif de Diddenuewen (Thionville), Jérôme Jacob, 41 ans, vit à Hestroff, commune de 450 habitants située à dix kilomètres de Boulay. Il signe avec 2029 son troisième long métrage après Rothenberg et Le berceau des ombres. Il crée en 2012 sa propre structure de production, « Black Owl Prod », et réalise de manière indépendante cinq web-séries et courts-métrages, ainsi que trois longs métrages, dont Le berceau des ombres qui est distribué mondialement par « Wide ». L’un de ses courts-métrages, Nibiru, a été récompensé par le prix du public au quatrième Festival Ciné-Klap de Metz. Deux autres, à savoir La ligne et Captif, ont quant à eux été sélectionnés pour figurer au catalogue du « Short Film Corner » du Festival de Cannes.

    Reply

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !