970×90

Pollution suspecte et hécatombe de veaux dans le Nord meusien

Pollution suspecte et hécatombe de veaux dans le Nord meusien
Crédits Photo : les plaines agricoles ont été gravement polluées autour de Stenay (Google Maps)

Victimes d’une pollution inexpliquée l’été dernier, des agriculteurs du canton de Stenay constatent aujourd’hui une hécatombe chez les veaux issus de vaches qui ont brouté dans les prés pollués.

Après de fortes précipitations ayant entraîné d’importantes inondations, plus de 500 hectares de plaines agricoles ont été souillées en juin 2016 par une « marée noire » dans le Nord meusien. Au total, 37 exploitations ont été touchées à Stenay, Cesse, Onor, Luzy-Saint-Martin et Martincourt-sur-Meuse. Cette pollution, dont l’origine reste pour l’heure inconnue, entraîna dans les jours qui suivirent des maux de tête et de gorge, ainsi qu’une irritation des yeux. Dans certains champs, l’herbe n’a jamais repoussé.

Sept mois plus tard, les agriculteurs constatent une mortalité importante chez les veaux nés des vaches ayant pâturé dans les prairies polluées. Tous ces veaux naissent très petits et très maigres. Ils souffrent de diarrhées et refusent de téter leur mère au point de se laisser mourir. Plusieurs dizaines d’entre eux sont déjà morts. Des prises de sang ont été faites sur ces veaux, afin de déterminer s’ils étaient atteints de la diarrhée virale bovine. Ces tests se sont tous révélés négatifs. A la demande des agriculteurs, des prélèvements ont alors été effectués sur les veaux morts. Les analyses sont en cours pour mettre en évidence un lien avec la pollution constatée l’été dernier. A noter que les veaux de troupeaux n’ayant pas pâturé dans les prairies souillées se portent bien.

Dans la mesure où la pollution n’a pas été reconnue officiellement par l’administration française, les agriculteurs concernés ne sont pas indemnisés.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !