970×90

Les hhoûhhîres don Rond d’Fow / Les sorcières du Rond de Faux

Les hhoûhhîres don Rond d’Fow / Les sorcières du Rond de Faux

Vace eune fiauve qu’m’eu èti rèconteu pè mè grand-mêre quad j’ateûs jane. Eulle l’èveût oûyi lèye-meimme d’so grand-pêre. V’p’leûz v’penseu qu’y eu beun’ longtemps d’ç’lè.

Tot è coté don ch’mîn qu’vâ d’Hèm’lly è Fow, en mointieu don bôs, jusse en haut d’lè bosse que s’treuve enteur les doux Nieud, y eu i grand rondiat entoreu d’fosseus d’chèque coté don ch’mîn, qu’les gens hoûyînt l’Rond d’Fow. Dans l’temps-lè, ç’t endreût ateût maudit, les gens n’y pessînt-m’ qu’en trembiant, et l’èlènut, les pus brôves n’oûsînt-m’ y pesseu qu’en s’sagnant èva l’ôwe bènite. An rècontînt qu’ç’ateût sus cette pièce-lè qu’les hhoûhhîres de tote lè contrâye s’essembyînt, lo venr’di po fâre lo sebbet. Lo Guiaudat, lo Chan Giraud et ica beun’ des autes tamoins rècontînt è lè creugne, d’lé l’fu, des chôses terrîbes que’l èvînt vu. V’p’leûz beun’ v’èpenseu qu’an les crèyînt, ç’ateût des gens comme i faut.

Dans l’temps-lè, y èveût têllement d’hhoûhhîres qu’an z-en p’lînt compteu dans chèque v’llêge au moins eune d’mi-dozeinne, et l’pus keûrioux ç’ast qu’an les conn’hhînt tout’. Lo pêre Nicaise en eu vu yeune que s’hhôyeût pendant lè nutâye dèye les hâyes, eulle peurneût d’l’(h)erbe et eulle mermoseût yâque enteur ses dents; lo pêre Bètard èveût rencontreu lè Mèïatte que r’veneût d’vant l’jo les pieuds tout’ móilleus. Les hhoûhhîres ne v’lînt-m’ ête breulâyes comme lè çue d’Rem’lly sus lè pièce en mointieu don v’llêge, ç’ast po ç’lè qu’eulles ne pessînt-m’ pus pè l’(h)ohh po sôrti et qu’eulles s’envolînt pè les lâhhes chem’nâyes, en creupson sus i minche de hand’lûre, èprès s’awo fratteu èva d’lè graihhe qu’ateût fâte esprès, d’zos l’brès. Et quad y èveût trap d’dongeu, eulles so chingînt en neûre chette. Ausseu, ç’ast po ç’lè qu’an breulînt les neûres chettes èva les hhoûhhîres po dètrûre lè rêce. È lè cragne, an n’pâlînt que d’ç’lè.

Lo Tèniche ateût i paure gent d’jonâye d’Hèm’lly, qu’alleût ovreu tos les jos è Fow, i rentreût quad sè jonâye ateût fâte. Mâs, eune jonâye que’l èveût d’mareu pus longtemps, è lè Saint Mètîn, po règleu s’compte, i n’eu sôrti d’Fow que d’vas les onze (h)eûres. Lè nutâye-lè, i n’y èveût wâ d’lûne, lo vent hhoffieût dans les âbes que craquînt, les chawattes hûlînt et les loups s’hoûyînt dans tout’ les keugnats don grand bôs. Lo paure Tèniche qu’oûyeût tout’ çolè s’hâteût, pèce que’l èveût pâw. Des vayes, i s’errêteût po ècouteu et pus èprès i s’matteût è côr tant qu’i p’leût, et pus, i s’errêteût po hhoffieu, i trembieût comme eune fóille. Lè vaye-lè, i n’p’leût-m’ hâyeu pus lon. ’L alleût erriver sus lè pièce don Rond d’Fow, quad ’l eu oûyi dans des grands chênes i brut: Hou ! hou ! hou ! « Ç’ast les hhoûhhîres, ç’ast po l’hhûr lo sebbet », j’sus pedu, qu’i s’dit.

’L èprove de fâre lo sine de crûx, mâs ses brès n’vont-m’ pus. I grand hhoûhhieu l’hèche pè l’brès et l’mweinne d’lé i grand fu et l’fât sauteu èva les autes, en faiyant l’rondiat.

Eprès lè danse, lo chef d’lè bande, qu’èveût des quâwes d’chette èprès l’bonnat, l’trainieût d’vas eune tauye où ç’qu’y èveût tot-piein d’châ, i li hèche lo brès et li monteure lo grand lîve wèyast-ce qu’y èveût les noms de tout’ les hhoûhhieus et les hhoûhhîres don pèyis. I li beille eune pieume dans lè main et li fât l’gesse de signeu. Lo paure Tèniche trembieût comme eune póye qu’èveût vu l’halêre, mâs comme i n’sèveût-m’ ècrîre, ’l è fât eune grande crûx. I n’èveût-m’ ca fât, qu’i n’y èveût pus rien sus lè pièce, i n’eu pus vu d’tauye ni d’hhoûhhieus ni d’hhoûhhîres, tout’ ateût envaye. Les arbes piayînt d’zos l’vent comme si l’grand Diâle ateût lâcheu. I n’y èveût pus rien qu’des as’ et des crabosses de ch’vaux et d’autes bêtes et lo grand lîve. Lo Tèniche l’eu prîns et l’eu emp’teu cheûz li. Sus lo lîve, y èveût l’nom d’sè wèsine que l’men’cieût d’l’enhhoûhh’leu s’i rèconteût ç’que’l èveût vu et oûyi. Comme veus p’leûz beun’ penseu, ’l eu j’teu lo lîve on fu et l’eu breuleu. Ç’n’ast qu’longtemps èprès s’n estrefâte que’l eu rèconteu ç’que’l èveût vu et oûyi è mè grand-mêre. Et ç’n’ast qu’longtemps èprès lè môt don Tèniche qu’eulle m’eu rèconteu l’(h)istwêre.

***

Les sorcières du Rond de Faux

Voici une histoire que m’a été racontée par ma grand-mère quand j’étais jeune. Elle l’avait entendu elle-même de son grand-père. Vous pouvez penser qu’il y a eu bien longtemps de cela.

Tout à côté du chemin qui va à de Hémilly à Faux, au milieu du bois, juste en haut de la bosse qui se trouve entre les deux Nied, il y a un grande place ronde entourée de fossés de chaque côté du chemin, que les gens appelaient le Rond de Faux. En ce temps-là, cet endroit était maudit, les gens n’y passaient qu’en tremblant, et la nuit, les plus braves n’osaient y passer qu’en se signant avec l’eau bénite. On racontait que c’était sur cette place-là que les sorcières de toute la contrée s’assemblaient, le vendredi pour faire le sabbat. Claude, Jean Giraud et bien d’autres témoins racontaient à la veillée, près du feu, des choses terribles qu’ils avaient vues. Vous pouvez bien penser qu’on les croyait, c’étaient des gens comme il faut.

En ce temps-là, il y avait tellement de sorcières qu’on pouvait en compter dans chaque village au moins une demi-douzaine, et le plus curieux c’est qu’on les connaissait toutes. Le père Nicaise en a vu une qui se glissait pendant la nuit derrière les haies, elle prenait de l’herbe et elle marmonnait quelque chose entre ses dents. Le père Bâtard avait rencontré Marie qui revenait avant le jour les pieds tout mouillés. Les sorcières ne voulaient pas être brûlées comme celle de Rémilly sur la place au milieu du village, c’est pour cela qu’elles ne passaient plus par la porte pour sortir et qu’elles s’envolaient par les larges cheminées, accroupies sur un manche à balai, après s’être frottées avec de la graisse qui était faite exprès, sous le bras. Et quand il y avait trop de danger, elles se changeaient en chat noir. Aussi, c’est pour cela qu’on brûlait les chats noirs avec les sorcières pour détruire la race. A la veillée, on ne parlait que de ça.

Etienne était un pauvre journalier de Hémilly, qui allait travailler tous les jours à Faux. Il rentrait quand sa journée était finie. Mais, une journée qu’il était resté plus longtemps, à la Saint Martin, pour régler son compte, il n’est sorti de Faux que vers les onze heures. Cette nuit-là, il n’y avait guère de Lune, le vent soufflait dans les arbres qui craquaient, les chouettes ululaient et les loups s’appelaient dans tous les coins du grand bois. Le pauvre Etienne qui entendait tout cela se hâtait, parce qu’il avait peur. Parfois, il s’arrêtait pour écouter et puis après il se mettait à courir tant qu’il pouvait, et puis, il s’arrêtait pour souffler, il tremblait comme une feuille. Cette fois-là, il ne pouvait aller plus loin. Il allait arriver sur la place du Rond de Faux, quand il entendit dans des grands chênes un bruit : Hou ! hou ! hou ! « Ce sont les sorcières, c’est sûrement le sabbat », je suis perdu, se dit-il.

Il essaie de faire le signe de croix, mais ses bras ne vont plus. Un grand sorcier le saisit par le bras et le mène près du grand feu et le fait sauter avec les autres, en faisant la ronde.

Après la danse, le chef de la bande, qui avait des queues de chat après le bonnet, le traînait vers une table où il y avait beaucoup de viande. Il le saisit par le bras et lui montra le grand livre où il y avait les noms de tous les sorciers et de toutes les sorcières du pays. Il lui donna une plume dans la main et lui fit le geste de signer. Le pauvre Etienne tremblait comme une poule qui avait vu la buse, mais comme il ne savait pas écrire, il fit une grande croix. Il n’avait pas encore fini, qu’il n’y avait plus rien sur la place. Il ne vit plus de table ni de sorciers ni de sorcières, tout avait disparu. Les arbres pliaient sous le vent comme quand le grand Diable était lâché. Il n’y avait plus rien que des os et des têtes de chevaux et d’autres bêtes et le grand livre. Etienne le prit et l’emporta chez lui. Sur le livre, il y avait le nom de sa voisine qui le menaçait de l’ensorceler s’il racontait ce qu’il avait vu et entendu. Comme vous pouvez bien penser, il jeta le livre au feu et le brûla. Ce n’est que longtemps après son aventure qu’il raconta ce qu’il avait vu et entendu à ma grand-mère. Et ce n’est que longtemps après la mort d’Etienne qu’elle me raconta l’histoire.

Légende extraite de Patois Lorrains de Lucien Adam, Conseiller à la Cour d’Appel de Nancy, 1881.

Traduction du Patois de Hémilly dans le Pays de Nied.

André TOUCHET, amoureux des langues régionales et de la Lorraine, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !