970×90

Lo gohhon que vè wâr maitresse è lè Haye / Le garçon qui va voir maîtresse à la Haye

Lo gohhon que vè wâr maitresse è lè Haye / Le garçon qui va voir maîtresse à la Haye
Crédits Photo : sur le chemin de La Haye dans les Vosges (Google Street View)

N-ovôr ène fwos in gohhon qu’ollôr wâr maitresse è lè Haye, d’l’âte coté des grandes trèhhes.

In jo inter’ les âtes, qué’l y ollôr, voce ène chiére qué vient drât è li dons lè sonte. Quand’l ont èti tot proche, lè chiére n’è-m’ véli s’dètonè, ’l èprovôr â contrâre d’errêtè lo gohhon et elle li bârrôr lo chèmin. Vol lo gohhon que prend sè canne et i l’è tosè bon’ è point, i l’é touwé è lè mitan. Errivè cîz lè bâcelle qué’l ollôr wâr, i l’é trovè qué crié.

– Qu’ast-ce qué vos âz donc’ ?, qu’i dit.

– Eh ben ! Mè mére é èti bettie, ’l ost molêde, ’l ost dons lét.

I vè wâr côte lo lét, et lè mére li rèconte comme ’l é èti tosêye, è in tél indrât, è ène télle (h)oûre, po n tél (h)ômme.

Lo gohhon é bin vi qu’l’(h)ômme-lè, cè n’pouvôr ête qué li et qu’lè chiére, ç’otôr lè mére dé sè bonne amie. Fellôr crâre qué lè fômme-lè otôr sorcière, et i n’é pis èti wâr maitresse è lè Haye.

***

Le garçon qui va voir maîtresse à la Haye

Il y avait une fois un garçon qui allait voir maîtresse à la Haye, de l’autre côté des grandes friches.

Un jour entre les autres, qu’il y allait, voici une chèvre qui vient droit à lui dans le sentier. Quand ils ont été tout près, la chèvre n’a pas voulu se détourner, elle essayait au contraire d’arrêter le garçon et elle lui barrait le chemin. Voilà le garçon qui prend sa canne et il la battit bien à point. Il la tua à moitié. Arrivé chez la jeune fille qu’il allait voir, il la trouva qui pleurait.

– Qu’est-ce que vous avez donc ?, dit-il.

– Eh bien ! Ma mère a été battue, elle est malade, elle est au lit.

Il va voir près du lit, et la mère lui raconte comment elle a été battue, à tel endroit, à telle heure, par tel homme.

Le garçon a bien vu que cet homme-là, ça ne pouvait être que lui et que la chèvre, c’était la mère de sa bonne amie. Il fallait croire que cette femme-là était sorcière, et il n’a plus été voir maîtresse à la Haye.

Tiré de Textes patois recueillis en LorraineThiriot et Zéliqzon, 1912, pages 76 -77.

Traduction du Vosgien d’Hattigny, près de Saint-Quirin dans le Pays de Sarrebourg.

André TOUCHET, amoureux des langues régionales et de la Lorraine, pour le Groupe BLE Lorraine.

Articles connexes

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OU
Au cœur de l'information en Lorraine
Pour plus d'infos, inscrivez-vous à notre Newsletter !
Soutenez nous en partageant et en aimant nos articles et notre site sur Facebook, Twitter et Google+ !
Annonce pop-up